Le vocabulaire de nos traditions

Le vocabulaire spécifique de notre région, qu’évoquent les articles de la catégorie « Langage » de ce site, s’enrichit de celui afférent à nos traditions locales. Ces mots figurent dans les articles de la catégorie « Coutumes ».

Dans cet article, retrouvez

– le vocabulaire du carnaval

– le vocabulaire de la feria

– le vocabulaire de traditions plus locales

Le vocabulaire du carnaval

Ses personnages

Le Carnaval, tradition séculaire, se concentre autour de personnages sensés représenter les malheurs de la société et de chacun. Ces personnages sont conspués, détruits, souvent par le feu, à la fin des festivités, victimes expiatoires de la part d’ombre de l’humanité.

Dans notre région, ces personnages sont habillés de « peilles », de « peilhots » ou de « pétas »( vieux chiffons).

Ils se nomment « Caramentran » ou « l’Ôme Carnaval » (Carnaval ou Bonhomme Carnaval) , et parfois accompagnés de leur épouse affublée du nom de « Caronha »(Charogne) !

monsieur carnaval;occitanie;

                 Monsieur Carnaval

midi-libre.fr

Leur accompagnement

Ces personnages, au centre des festivités, sont suivis de «festaïres »(fêtards) déguisés eux-aussi.

Tout ce monde déambule dans les rues au cours du « passa-carrièras »(promenade dans les rues) avec danses et musiques traditionnelles telles que la danse du « chivalet » (petit cheval ou cheval-jupon), le « branle de la chemise »(danse de la chemise), la « buffatière » (danse du soufflet).

La foule accompagne Monsieur Carnaval au bûcher au chant de « Carnaval es arribat »(Carnaval est arrivé) et « Adiou paure Carnaval »(Adieu pauvre Carnaval).

Pour en savoir plus sur la tradition du Carnaval, relisez l’article qui lui est consacré « Découvrez le Carnaval occitan ».

Le vocabulaire de la feria

La fête

A l’origine foire, la feria (foire) est désormais une fête populaire dans notre région.

Elle rassemble, comme le carnaval, de nombreux festaïres (fêtards).

Elle commence souvent par le « fougasset », distribution par les organisateurs, souvent des jeunes, d’une « fougasse »(sorte de brioche) aux habitants qui, par leurs dons, contribuent aux frais de l’organisation.

Dans les rues s’installent les « bodegas » (bars, restaurants, tavernes ouverts pour l’occasion).

Sur les places, dès le soir, s’organisent des « balètis » (bals populaires)

baleti;bal populaire;occitanie;

flickr.com

La musique

Pas de feria sans musique !

L’animation est assurée par des « penas », des « bandas » ou, en Roussillon, des « coblas ».

Ces formations musicales proches, se distinguent par leur origine, le nombre de leurs musiciens, leurs instruments et leur répertoire.

Elles ont toutes en points communs, leur côté populaire, sans prétention et l’esprit de la fête. Composées de cinq à plus de cinquante musiciens, autodidactes ou professionnels, liés par l’amitié, l’esprit d’équipe, l’amour de la fête , elles accompagnent les festivités durant toute la feria.

Les vaches

Elles sont aussi de la fête que ce soit dans les courses de vaches landaises sur l’ouest de la région ou dans les courses de vachettes sur l’est.

Le langage afférent à ces activités est détaillé dans l’article « Le langage de la bouvine ».

Parfois et souvent, des corridas sont organisées pendant les grandes ferias.

Pour mieux comprendre la feria, reprenez l’article « Ferias et vaches arrivent avec le printemps »

Le vocabulaire de traditions plus locales

Les joutes nautiques

Réservées au littoral méditerranéen de la région Occitanie-Pyrénées Méditerranée, ce sport local, explicité dans l’article « Les joutes nautiques » a aussi son vocabulaire spécifique.

joutes nautiques;occitanie;

actu.fr

Deux barques lourdes dirigées chacune par un « timonier patron » et propulsées par huit ou dix rameurs, s’affrontent. Deux musiciens, un tambournet (tambour) et un hautbois assis à la proue donnent la cadence aux rameurs.

Chaque barque est équipée d’une plate-forme, la tintaine  : un plancher placé à 2 mètres au-dessus de l’eau , supporté par deux poutres (des bigues) de 3 mètres de long reliées entre elles par des traverses. La tintaine est équipé de cales-pieds pour que le jouteur puisse résister à l’assaut de l’adversaire.

Le jouteur se tient en haut de la tintaine, en position de fente. Il est muni d’une lance et d’un pavois. La lance en bois, est pourvue de trois dents en fer qui lui permettent de se ficher dans le pavois de l’adversaire. Les autres jouteurs attendent au pied de la tintaine.

Le jeu du tambourin

Ce sport amateur est localisé dans la partie nord du Bas-Languedoc, essentiellement sud de l’Hérault, du Gard et de l’Aude. Il est détaillé dans l’article «Le tambourin, un sport occitan, très localisé».

tambourin;occitanie;

ville-baillargues.fr

Il utilise un vocabulaire particulier. Lui-même est localement appelé « tambournet »(petit tambour).

Il se joue sur le terrain de tambourin, délimité par deux lignes appelées « cordes » avec un instrument spécifique auquel il doit son nom : le « tambourin » qui selon sa forme et son rôle peut prendre l’appellation de « battoir » ou de « mandoline ».

Les joueurs, selon leur position sont « batteurs », « fonds », « cordiers » ou « tiers ».

Les jeux de quilles

Traditionnels dans certains départements de l’ancienne région Midi-Pyrénées, les jeux de quilles ont aussi leur propre vocabulaire.

Ainsi ils se jouent sur un terrain nommé « plantier » et dans un espace délimité nommé « quillet » ; la quille joueuse prend le nom de « quillou ».

jeu de quilles;occitanie;

tourisme-espalion.fr

Cet article est un résumé de mots spécifiques à nos coutumes et traditions régionales.

J’espère qu’il vous a intéressé ; donnez vos commentaires, vos suggestions ; faites connaître ce blog autour de vous !

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous et vous recevrez personnellement, en plus, mes « billets hebdomadaires ».

JE M’INSCRIS