Toulouse, ville rose

Toulouse est la capitale de notre région : l’Occitanie.

Écrire un article sur cette cité est un incontournable pour un blog qui s’est donné pour mission de faire découvrir cette région !

toulouse-ville rose

viree.malin.fr

Tout le mode connaît Toulouse me direz-vous ? Pas sûr ! Je n’ai pas la prétention qu’après avoir lu cet article, cette ville n’ait plus de secrets pour vous, néanmoins vous en saurez l’essentiel si ce n’était pas le cas.

Cet article présente un aperçu de cette capitale régionale :

– Toulouse, capitale de la région Occitanie-Pyrénées Méditerranée 

– Toulouse d’hier à aujourd’hui

– Toulouse, l’occitane

Toulouse, capitale de la région Occitanie-Pyrénées Méditerranée

A la croisée des chemins

Située au nord du département de la Haute-Garonne (lien),Toulouse est sur un axe de communication entre la mer Méditerranée et l’Océan Atlantique.

toulouse-ville rose-occitanie

eurocentre.fr

Traversée par la Garonne et le canal du Midi (lien) qui relie la mer Méditerranée à la Garonne, elle est à la croisée de grands axes européens tels que la E 80 Rome-Lisbonne , la E 9 Paris-Barcelone.

Son périphérique la relie aux autoroutes A61 vers l’Aude et la Méditerranée, A62 vers le Tarn-et-Garonne, A69 vers les Hautes-Pyrénées, A66 vers l’ Ariége, A68 vers le Tarn.

Quatrième commune de France en population

Toulouse est, après Paris, Lyon et Marseille, la quatrième commune de France la plus peuplée avec 471 941 habitants (2015) .

L’aire urbaine de Toulouse regroupe 1 330 954 habitants (2015).

Toulouse capitale européenne de l’industrie aéronautique

L’aéronautique et l’aérospatiale sont les fleurons de la ville. Avec la Caravelle en 1955, le Concorde en 1969, l’A330 en 1992, les succès de l’aviation ont bâti la réputation de Toulouse. L’implantation des sites d’Airbus et du siège mondial d’Airbus Group ont confirmé sa place dans la conquête spatiale européenne.

cite espace-toulousepinterest.fr

Son parc à thème, la Cité de l’Espace et son musée de l’aéronautique, Aéroscopia en sont leur vitrine.

Toulouse d’hier à aujourd’hui

Premières traces

Les premières traces de présence humaine sur le site de la ville remontent au paléolithique.

La première mention de Tolosa Tectosagum, capitale des Tectosages, peuples d’origine celtique, apparaît dans des textes du milieu du IIIème siècle avant J.-C. ; ils situent la ville sur les coteaux de la Vieille Toulouse, de Guilhemery, dans les quartiers du Mirail et Saint Roch et à Ancely, au confluent du Touch et de la Garonne.

Premier tracé urbain

Au début de l’empire romain, Ier siècle avant J.-C., Auguste abandonne la Vieille Toulouse et fait construire, au coude de la Garonne et à l’abri des crues une ville romaine, sur le site de la ville actuelle.

Arrivée de la chrétienté

Saint Saturnin (devenu Saint Sernin) est le premier évêque de la ville. Martyr en 250, une basilique est édifié à son nom à la fin du IVème siècle.

saint sernin-toulouse-occitanie

fr.wikipedia.org

En 408, l’évêque Exupère libère la ville assiégée par les Vandales ; mais les Goths leurs succèdent et en font leur capitale.

Clovis libère la ville en 508 mais à sa mort le royaume franc est divisé.

Après un bref rattachement à l’Aquitaine, une invasion sarrasine, et quelques batailles, Toulouse revient dans le royaume franc de Pépin le Bref.

A la fin de l’époque carolingienne, Toulouse est dirigée par des comtes.

Dérives et reprise en main

Les dérives du clergé, l’usurpation des biens de l’Église par le pouvoir toulousain entraînent une dérive qui provoque des réactions de l’Église.

Le concile en 1056, premier mouvement contre des pratiques du Sud, menace les hérétique coupables de simonie (trafic des biens et charges ecclésiastiques) et de nicolaïsme (concubinage et mariage des prêtres).

Les réformes clunisienne et grégorienne, les querelles religieuses vont réveiller la foi des toulousains.

Les comtes de Toulouse et le capitoulat

L’engagement dans les croisades des comtes de Toulouse soumet la ville aux diverses convoitises, aux tentatives de possession, aux augmentations des charges. Un soulèvement populaire entraîne la création du capitoulat, régime qui gère la ville jusqu’à la Révolution.

toulouse-capitoulat

archive.oulouse.fr

Le capitoulat est une administration municipale typiquement toulousaine. Sous la houlette du pouvoir comtal, ce conseil municipal réglemente les échanges et fait appliquer les lois.

Nouvelle crise religieuse

Au XIème siècle un mouvement religieux, dissident du christianisme, qui prendra plus tard le nom de catharisme, s’implante dans le sud de la France. De nombreux seigneurs de la région adhèrent à ce mouvement ou le protègent.

cathare-occitanie-toulouse

adicab.overblog.com

Papauté et royauté s’en inquiètent et mettent en demeure le comte de Toulouse de le réprimer. Il n’en fait rien et se montre compréhensif au mouvement. Une guerre de près de 20 ans s’ensuivra avec trois sièges de la ville. Les Comtes de Toulouse, Raymond VI et Raymond VII finissent par céder évitant à Toulouse d’échapper aux désastres de la croisade des Albigeois.

Le comté de Toulouse sera finalement rattaché à la couronne de France en 1271.

Un parlement, un incendie et la prospérité

En 1443, Charles VII crée un parlement à Toulouse. Il répond ainsi à la demande des États du Languedoc qui le réclame au nom de l’éloignement de Paris et de la spécificité du droit méridional. Deuxième parlement de France , il a une portée territoriale très importante.

En 1463, un immense incendie détruit la ville essentiellement construite en maisons à pans de bois. Elle met 100 ans à se reconstruire en utilisant la brique au lieu du bois.

Du XVème au XVI ème siècle , Toulouse connaît la prospérité grâce au pastel issu du Pays de Cocagne .

Toulouse, la catholique

A partir de 1562 Toulouse entre dans les guerres de religion et affirme un catholicisme intransigeant pendant deux siècles. Les constructions de monastères, couvents, hôpitaux se multiplient. L’organisation de la ville, à la veille de la Révolution donne une part importante à la Noblesse et à la Bourgeoisie.

Du XIXème siècle à aujourd’hui

Au XIXème siècle Toulouse continue sur la lancée des années précédentes, bénéficie de l’exode rural et du développement des transports.

Pendant la Première Guerre Mondiale, Toulouse profite de son éloignement du front et de l’expansion de l’industrie d’armement. Georges Latécoère y crée l’Aéropostale en 1927 que Jean Mermoz et Antoine de Saint Exupéry rendent célèbre.

Sa proximité de l’Espagne, puis la Seconde Guerre Mondiale font de Toulouse une ville d’accueil et de résistance.

A partir des années 50 , l’Aéronautique contribue à son essor économique.

pinterest.fr

Toulouse, avec Paris et Montpellier est une des plus anciennes universités de France.

Ville étudiante animée, réputée pour sa convivialité, elle développe aujourd’hui un fort dynamisme économique et culturel.

Toulouse, l’Occitane

Toulouse, capitale de région

Chef-lieu du département de la Haute-Garonne, ancienne capitale de Midi-Pyrénées, maintenant capitale de la nouvelle région Occitanie-Pyrénées Méditerranée, Toulouse partage avec Montpellier ses prérogatives régionales.

Toulouse, ville rose

Les romains ont introduit dans la région la technique de la brique de terre cuite dite brique romaine. Son prix étant élevé, elle reste réservée à la construction des riches demeures.

Après l’incendie de 1463, avec l’essor économique apporté à la région par le négoce du pastel, les constructions en briques se multiplient. Au XIXème siècle l’industrialisation de la fabrication en diminue le coût et son utilisation se généralise.

toulouse-occitanie-ville rose

immobiliare-neuf.fr

La couleur des bâtiments de la ville se remarque au premier coup d’œil ; ce n’est toutefois qu’au début du XXème siècle que l’appellation « ville rose » apparaît.

Toulouse, ville rouge

Rose ou rouge ? Le débat reste ouvert…Dans les année 20, Armand Praviel, auteur régional, nationaliste et militant, lance le débat, moquant l’appellation « rose comme un bonbon fondant » qu’il juge mièvre et lui préfére celle de « Rouge, sanglante et tragique » ! Cette dernière reprise par Maurice Magre dans « Le sang de Toulouse, une histoire albigeoise du XIIIème siècle » qui décrit « une ville bâtie en pierre rouge, en pierres inébranlables comme le cœur de ses hérétiques ».

stade toulousain-toulouse-occitanie

cdiscount.com

Les premiers capitouls portent des tuniques rouges et noires. Ce sont ces couleurs que le Stade Toulousain, club de rugby, choisit et qui à une époque triomphante lui vaut le surnom de « Vierge rouge ».

Toulouse , cité des violettes

En 1854, le premier pied de Violette de Parme serait arrivé à Saint-Jory (31). La légende dit que c’est un soldat de l’armée napoléonienne qui aurait ramené ce pied de Violette dans sa besace pour l’offrir à sa bien-aimée.

A partir de là, les maraîchers du Nord de Toulouse (se situant sur une vingtaine d’hectares dans un triangle d’or délimité par Lalande (un des quartiers nord de Toulouse) au Sud, Saint-Jory au Nord-Ouest et Castelginest au Nord-Est vont développer cette culture ; la production de qualité de ces habiles jardiniers fera la gloire de Toulouse au point d’identifier la ville rose à la violette.

violettes-toulouse-occitanie

gouteterroirs.com

A la fin du XIXème siècle, apparait à Toulouse une confiserie à partir de violettes fraîches délicatement enrobées de sucre et cristallisées.

Toulouse et ses incontournables

Si vous venez à Toulouse ne manquez pas :

– le  canal du Midi , classé au patrimoine de l’UNESCO 

– les berges de la Garonne

– le Capitole, hôtel de ville et théâtre

– la basilique Saint Sernin, classée par l’Unesco comme étape majeure du pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle.

– le couvent des Jacobins( XIIIème et XIVème siècles), fondé par les dominicains.

couvent-jacobins-toulouse-occitanie

toulouse-tourisme.com

– le vieux Toulouse et ses hôtels particuliers

– la Cité de l’Espace (unique en Europe) et le musée de l’aéronautique

mais aussi

– prenez le temps d’écouter parler les toulousains, leurs mots, leurs expressions, leur accent ,

– goûtez la gastronomie locale : la saucisse de Toulouse, le foie gras, le cassoulet…

– flânez sur les berges de la Garonne, le long du canal du Midi.

Profitez de la douceur de vivre de cette capitale occitane.

Claude Nougaro  sait si bien la dépeindre avec couleur et amour.Ecoutez

J’espère que cet article vous a donné envie de mieux connaître cette ville. Les lieux évoqués dans ces lignes méritent approfondissement ; le faire ici abuserait de votre patience. D’autres articles les reprendront ultérieurement.

Si cet article vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions. Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires

JE M’INSCRIS