Pas à pas...découvrez les coutumes...entrez dans les spécificités de cette région...pour la découvrir et l'aimer.

Le printemps est arrivé…

Le printemps est arrivé…

Le printemps est arrivé, sors de ta maison…Le printemps est arrivé, la belle saison ! L’amour et la joie sont revenus chez toi, vive la vie et vive le vent, vive les filles en tablier blanc ! Vive la vie et vive le vent et vive le printemps !

Ainsi chantent Michel Fugain et le Big Bazar en 1976.

Dans cet article retrouvons le printemps  :

  • dans les traditions

  • dans les chansons et dans les proverbes

Les traditions

Le mot « printemps »

Dans l’ancien français, on parle de « primevère » qui vient de l’ancien latin « prima vera » signifiant « première saison ».

Ce mot, au XIIIème siècle, s’écrit « printans », union de « prins » et de « tans », issus du latin, primus tempus, premier temps.

Les romains marquent le début de l’année au mois de mars, ainsi nommé en honneur du dieu Mars , dieu agricole et de la guerre.

A noter que dans notre langue occitane, le printemps se dit la prima ou selon les territoires la primavera, comme en gascon, en catalan ou en espagnol.

On retrouve cette appellation dans le nom d’une des premières fleurs à éclore à cette saison : la primevère.

Le printemps chez nous

Le printemps est une des quatre saisons qui divisent notre année. Entre l’hiver et l’été , il est du point de vue météorologique une demi-saison. Dans notre hémisphère il se situe aux mois de mars, avril et mai.

Sur le plan calendaire, son début est fixé , en Europe, astrologiquement , à l’équinoxe de mars (20 ou 21 mars).

Le renouveau printanier

Le printemps marque le rallongement des jours.

La température se radoucit progressivement; les neiges fondent ; la nature se réveille : les plantes bourgeonnent ( elles respélident), les arbres fleurissent, les animaux hibernants sortent, les migrateurs reviennent.

C’est aussi la saison des amours chez les animaux: les mâles vont s’accoupler aux femelles, les oiseaux vont préparer leurs nids et pondre leurs œufs.

La faune et la flore sortent de la léthargie hivernale.

printemps;occitan;

Creative Commons

Les humains apprécient ce changement du climat et reprennent énergie : c’est la respelida

C’est le moment d’ouvrir les fenêtre, d’écouter les oiseaux chanter, de lancer le grand ménage de printemps.

Le printemps est une fête

Le retour des beaux jours et du printemps a, de tous temps et dans toutes les civilisations, donné lieux à des festivités.

De nombreuses fêtes païennes célèbrent ce renouveau de la nature: les druides fêtent le printemps en invoquant leurs dieux pour qu’ils favorisent les moissons et les naissances de l’année à venir ; les romains vénèrent Maïa, déesse de la fécondité …

Au Moyen Age, l’Eglise catholique récupère les fêtes païennes pour les intégrer dans la religion chrétienne: Pâques remplace la fête de l’équinoxe de printemps, l’Assomption les fêtes druidiques et la fête de Maïa en mai.

La Renaissance, avec son regain pour l’Antiquité et la nature, remet les saisons au goût du jour et les artistes s’en emparent : les Quatre Saisons de Vivaldi, les tableaux sur les saisons de Boticello et de Arcimboldo…

printemps;arcimboldo;occitanie;

Le printemps d’Arcimboldo

Creative Commons

De nos jours , outre les fêtes religieuses, subsistent ou se renouvellent la fête des conscrits au mois de mai et les manifestations carnavalesques qui symbolisent la fin de l’hiver et le renouveau du printemps.

Dans les chansons et dans les proverbes

Le répertoire français

Outre le printemps mis à l’honneur en danse et en chanson par Michel Fugain et le Big Bazar cité au début de cet article, nombreux sont les poètes et musiciens qui ont célébré cette saison.

De Charles Trénet , pour qui « Y a d’la joie, bonjour les hirondelles », d’Eddy Mitchel qui « aime Paris au mois de mai », de Claude François qui clame que « dans sa maison, y a le printemps qui chante », à Jacques Brel qui fredonne « au printemps et ton cœur et mon cœur sont repeints au printemps »…et sans doute d’autres encore, la chanson française compte de nombreuses louanges de cette belle saison.

Les chants et proverbes occitans

Le printemps fait aussi partie des fêtes occitanes et a donné lieu à des chants.

« Carnaval, es arribat » et « Adiu paure carnaval » sont bien connues.

Les proverbes mettent en exergue la météo variable du printemps car si « l’ivèrn es acabat » (l’hiver est fini), « aquesta sason es la plèjo del cocut » ( cette saison est la pluie du coucou= les averses sont de courtes durées mais lorsque le coucou chante, il annonce la pluie). De cette saison qu’on qualifie aussi de « temps du cocut », on relève « lou matin molh, la nèit eishut »(le matin mouillé, le soir sec) ; c’est l’époque des marcéjadas (averses passagères) et on dit qu’il marcèje.

cocut;coucou;prinntemps;occitanie;occitan;

Creative Commons

Le cocut (prononcer coucut) est souvent cité comme référence:  « a la sason del cocut tan lèu plogut, tan lèu cissut » (à la saison du coucou, aussitôt mouillé, aussitôt sec) ou «  quand lou cocut canta, fa amadurar las cirejas » (quand le coucou chante,ça fait murir les cerises).

Encore quelques dictons pour décrire cette saison :

« a la prima, lo pastenc erbassut qu’atenèva lo tropèth » (au printemps , le pâturage herbeux attend le troupeau). 

« Quand la cap-roseta es florida, l’oèlha es gandida »(quand le coquelicot est en fleur, la brebis est à l’abri de l’hiver ».

coquelicot;printemps;occitan;

Creative Commons

«  Quand la pimparèla commença a florir, la prima es aqui » (quand la pâquerette commence à fleurir , le printemps est là ).

« A la pimparèla maridan la bela » (au printemps, on marie la belle).

paquerettes;printemps;occitan;

Creative Commons

J’espère que cet article vous a plu.

Je rappelle ( je sais que je rabâche mais…) et j’insiste : je n’écris pas l’occitan, aussi je demande aux « puristes » d’excuser l’orthographe que je peux attribuer aux mots et expressions.

Inscrivez-vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

JE M’INSCRIS

Précédent

Gabriel Fauré, un romantique

Suivant

Le drac

  1. lydie daubeze

    Toujours aussi sympa et instructif. Je suis toujours émerveillée de vous lire, continuez s’il vous plait de faire vivre ce blog.
    Cordialement
    Lydie Daubeze

  2. V J-P

    Bonjorn,
    Se ditz tanben : Al primier cop qu’ausissetz lo cant del cocut, tocatz una pèça de monèda e auretz d’argent coma un can de nieras.
    (On dit aussi : La première fois que vous entendez le chant du coucou, touchez une pièce de monnaie et vous aurez autant d’argent qu’un chien a de puces.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com