Occitanie...découvertes

Pas à pas…découvrez les coutumes…entrez dans les spécificités de cette région…pour la découvrir et l'aimer.

Noël occitan dans nos assiettes

Noël occitan dans nos assiettes

Noël est une période de joie, de fête, une occasion de se retrouver en famille.

Aujourd’hui nos tables se garnissent d’une abondance de victuailles, venues de partout !

Il n’en a pas toujours été ainsi.

Dans cet article nous ferons un rapide tour de traditions gastronomiques :

– le Noël d’antan,

– nos traditions gastronomiques occitanes

– menus de Noël et une recette.

Noël d’antan

À l’origine

En 274, l’empereur romain Aurélien fixe au 25 décembre une fête nommée «Diès natalis solis invicti »(jour de la naissance du soleil invaincu). Cette date suit les traditionnelles saturnales romaines mais proche du jour du solstice d’hiver et de l’anniversaire de la naissance de Mithra, elle permet de rassembler dans la fête, les adeptes de ce dernier et ceux du Sol invictus !

La date exacte de la naissance de Jésus de Nazareth n’étant pas connu, le christianisme adopte cette date pour célébrer la Nativité, dans le but de christianiser les fêtes païennes. Et puis le Livre de Malachie (3,20) ne qualifie-t-il pas le Christ de « Soleil de justice »…

Par la suite

Le christianisme étant devenu la religion officielle de l’empire romain, Noël devient une des fêtes chrétiennes les plus célébrées en Occident et la plus honorée pendant la période médiévale. Elle demeure, avec Pâques, la plus importante du calendrier liturgique chrétien.

Devenu jour férié, elle s’est sécularisée. Elle reste une fête qui favorise le regroupement familial. Depuis le XXème siècle, elle perd son aspect religieux et étend son aspect festif à toute la période de fin d’année et son aspect commercial à tout le mois de décembre ! Décorations de rues, marchés de Noël, abondances d’offres commerciales et de cadeaux ont complété la fête religieuse.

Nos traditions gastronomiques occitanes

Le « gros souper »

La tradition occitane du « gros souper », le 24 décembre, restée très vivace en Provence, a peu à peu laissé place au Réveillon, plus riche et plus gastronomique !

Le « gros souper » , à l’origine, est un regroupement familial très codifié et chargé de symboles !

Ainsi la table familiale est recouverte de 3 nappes blanches superposées; au centre sont déposés trois chandeliers allumés et trois soucoupes contenant le blé qui a été mis à germer le 4 décembre pour la Sainte Barbe et qui prédit la réussite des récoltes à venir. Le chiffre trois, répété, rappelle la Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit).

noel;gros souper; occitanie;

wikipedia.rg

Le gros souper se compose de sept plats « maigres »(ni viande, ni produits gras), essentiellement des légumes (céleri, carde, choux fleur, épinards…), poissons (morue souvent), coquillages, omelette. Le chiffre sept rappelle ici les sept douleurs de la Vierge (la prophétie du vieillard Siméon, la fuite de la Sainte Famille en Égypte, la disparition de Jésus pendant trois jours au Temple, la rencontre de Marie et Jésus sur le chemin de croix, la souffrance de Marie pendant la crucifixion, la prise de Jésus dans ses bras à la descente de la croix, la mise au tombeau).

Ce gros souper est pris en famille avant la messe de minuit.

Au retour de la messe de minuit sont servis les 13 desserts (symbole des 13 participants à la Cène, Jésus et les douze apôtres). Ces 13 desserts restent à disposition jusqu’au 27 décembre.

Peu à peu les messes de minuit traînant en longueur, les « affamés » ont droit à un supplément : « la petite oie », qui devint par la suite un souper gras lequel dans le temps donna son nom au « réveillon »…

Désormais, les messes de minuit n’ont souvent plus lieu à minuit mais en fin de journée du 24 décembre…Les réveillons peuvent être avancés et devenir de « gros souper » bien riches…

Notre région Occitanie-Pyrénées Méditerranée ne souffre pas de pénurie pour trouver sur nos marchés locaux (dès novembre les marchés au gras se multiplient suivis par les marchés de Noël dès la fin du mois de novembre) de quoi composer un copieux menu !

Les treize desserts

Dans notre région mais également et surtout en Provence, la tradition des treize desserts est demeurée la plus vivace dans le déroulement gastronomique de Noël bien que, très souvent, la Pompe à l’huile ait été remplacée par la bûche de Noël !

noel;treize desserts;occitanie;

tvlanguedoc.fr

Que trouve-t-on dans les treize desserts ?

– des fruits frais de saison de 4 sortes variables : pomme, poire, raisins ou oranges,

– quatre fruits secs qui rappellent les ordres religieux dits « mendiants » : les figues sèches pour les Franciscains, les raisins secs pour les Dominicains, les noix pour les Augustins, les amandes pour les Carmes.

– des dattes, symboles du Christ venu d’Orient.

– du nougat noir et blanc : représentants les pénitents noirs et blancs pour certains ou l’opposition de l’impur et des forces du mal face à la pureté et au bien pour d’autres.

– des pâtes de fruits ou fruits confits.

– la traditionnelle Pompe à l’huile d’olive et à la fleur d’oranger, remplacée parfois par des beignets, bugnes ou oreillettes et souvent désormais par la bûche de Noël.

Menus de Noël et une recette

Menus de Noël

A l’heure où le « manger local » se proclame partout, nous, en Occitanie-Pyrénées Méditerranée ne manquons pas de choix pour garnir nos tables de Noël !

– les huîtres de l’Étang de Thau ou de Leucate, ou celles de Gruissan élevées en pleine mer, offrent leur fraîcheur iodée et leur goût de noisette dues aux spécificités de leurs méthodes d’élevage ;

noel;huitres;bouzigues;escapadelr.com

– pour remplacer le saumon fumé si décrié, choisissez des truites fumées de nos torrents pyrénéens;

– le foie gras sous toutes ses formes est à disposition dans toute notre région ;

– un grand choix de volailles, de la dinde au chapon, de l’oie au canard en passant par la pintade, est à votre disposition, où que vous soyez dans la région ;

– accompagnez-les de marrons des Cévennes, ou de tout autre légume local ;

– la multitude de fromages produits en Occitanie-Pyrénées Méditerranée, qu’ils soient de chèvre, de brebis ou de vache vous permet de confectionner un magnifique plateau local ;

– les treize desserts compléteront votre table et vous conclurez votre repas par une bûche traditionnelle, aux fruits, glacée, etc… ou par une simple Pompe à l’huile que vous aurez élaborée vous-même.

Je ne vous parle pas des vins, à consommer avec modération bien sûr :du pied des Pyrénées au bord de la Méditerranée, sur 263 000 hectares, les vigneronnes et vignerons d’Occitanie s’attachent à produire une grande diversité de vins. Il y a toujours près de chez vous ceux qui conviennent à votre menu !

Recette de la Pompe à l’huile

pompe a l huile;occitanie;

occitanie-decouvertes

Ingrédients

500g de farine

170 g de sucre

20 cl d’huile d’olive

4 cuillères à soupe d’eau de fleurs d’oranger

25 cl d’eau de source

40 g de levure de boulanger sèche

1 pincée de sel

Préparation du levain

Dissoudre la levure dans l’eau avec un peu de farine jusqu’à obtention d’une boule de pâte.

Déposer cette boule dans un saladier remplie d’eau tiède et laisser lever (la boule montera à la surface de l’eau).

Préparation de la pompe

Mélanger la farine, le sucre, le sel, l’huile d’olive, l’eau de fleur d’oranger.

Bien malaxer le mélange.

Lorsque le levain est prêt, le mélanger à la pâte et continuer à malaxer jusqu’à l’obtention d’une boule qui se détache des parois du récipient (ajouter un peu de farine si nécessaire). Ajouter un peu d’huile d’olive et malaxer encore.

Recouvrir le récipient d’un torchon et laisser reposer au chaud pendant au moins 2 heures/2 heures et demie.

pompe a lhuile;occitanie-decouvertes

Préparer moules à tarte ou lèches-frites ; garnir de papier cuisson ou de papier alu, et badigeonner d’huile et/ou fariner.

Reprendre la pâte et en faire deux ou trois parts. Bien travailler chaque part et l’étaler à la main ou au rouleau à pâtisserie pour en faire un disque de 1/2 cm d’épaisseur.

Déposer les disques sur les plaques de cuisson.

Sur chaque disque, dessiner, au centre, un rond avec un verre, tracer des parts en faisant 7 entailles profondes dans la pâte (symboliquement une pour chaque jour de la semaine!).

Laisser reposer chaque préparation dans un endroit chaud jusqu’à ce qu’elle gonfle.

Pendant ce temps, préchauffer le four à 180°.

Enfourner la préparation 15 à 20’ (à surveiller pour que la pompe ne sèche pas trop).

noel;pompe;occitanie;

occitanie-decouvertes

Badigeonner d’huile d’olive, la Pompe encore chaude.

La Pompe à l’huile peut se manger chaude, tiède ou froide.

Attention: elle ne se découpe pas au couteau (qui oserait le faire mourait dans l’année!!!) mais doit se rompre à la main !

J’espère que ce petit tour gastronomique dans nos traditions vous a plu.

S’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions ; faites connaître ce blog autour de vous !

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous et vous recevrez personnellement, en plus, mes « billets hebdomadaires ».

JE M’INSCRIS

Précédent

Le loto, un jeu particulier…

Suivant

Albi, ville rouge

  1. AGNES AUPIED

    Bravo Anne-Marie
    Moi qui croyais connaitre les 13 desserts , je viens d’en apprendre beaucoup grace à vous et je vais pouvoir épater mes amis avec mes connaissances.
    Vos billets sont toujours intéressants et je les lis toujours avec plaisir
    A bientôt Agnès

  2. Vincent

    Merci pour cet article et ses photos. Joyeuse preparation de Noel a vous aussi !

  3. Anne Marie Carrion

    Article très interessant , je note des idées pour mon repas de Noël. A noter qu’à present la messe n’est plus célébrée à minuit mais le plus souvent à 18 ou 21 heures et c’est bien dommage . Cela enlève un peu du mystère de Noël .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com