Occitanie...découvertes

Pas à pas…découvrez les coutumes…entrez dans les spécificités de cette région…pour la découvrir et l'aimer.

Le mariage

Le mariage

Le mariage, objet de cet article qui fait suite au précédent dans la même catégorie , est l’aboutissement d’une série de coutumes et de traditions. Dans l’article précédent, « Du projet de mariage aux fiançailles » nous avons parcouru cette période.

Dans cet article nous poursuivons le parcours de ce projet :

– les préparatifs de la mariée

-l’organisation

– la veille du jour J

– le jour du mariage

– et après…

– aujourd’hui

Les préparatifs de la mariée

La robe

Le premier souci de la future mariée est le choix de la robe ; elle est un élément incontournable car la mariée doit être la plus belle !

De l’époque médiévale au XIXème siècle , elle est colorée et peut être portée plusieurs fois. Toutefois dès la Renaissance et surtout dans l’aristocratie, elle est blanche, symbole de pureté. Cette tradition se répand dans tous les milieux et la robe devient le symbole unique du plus beau jour de la vie de la mariée.

Selon la tradition locale, elle est parfois prise en charge voire choisie par la future belle-mère…

Elle peut être longue ou courte…

robe de mariee;mariage;

wikpedia.org

La mariée devant être l’unique « vedette » du jour, aucune invitée au mariage ne porte de blanc…

Elle est cachée jusqu’au jour J ; le futur marié ne doit surtout pas la voir !

Le jour J la mariée doit porter sur elle 4 éléments supposés garantir son futur bonheur :

– du vieux lui appartenant (bijou familial ou de valeur sentimentale), représentant le lien familial, son histoire passée;

– du neuf, souvent sa robe, pour garantir sa réussite et le succès de son avenir ;

– de l’emprunté ou prêté, (un accessoire déjà porté, parfois par une autre mariée qui est heureuse en ménage… un voile, un jupon…) pour réussir un mariage heureux, apporter chance et bonheur au couple ;

– du bleu , ( un mouchoir, un nœud…) symbole de fidélité et de virginité.

Le voile

Voile ou pas ?

Dans l’Antiquité, la future mariée était enlevée et on lui jetait un linge sur la tête afin qu’elle ne retrouve pas le chemin de la maison de ses parents…

Lors des mariages « arrangés », un voile couvrait le visage de la mariée ; l’époux ne le soulevait qu’après la cérémonie, découvrant ainsi le visage de son épouse !

Certaines croyances affirmant que le voile protégeait la mariée du mauvais œil, du diable et de la jalousie, la tradition a parfois perduré.

Peu à peu, assorti à la robe, le voile est devenu un accessoire de mode qui ajoute à la beauté de la mariée le jour J. Il est parfois transmis de mère ou belle-mère en fille ou belle-fille selon la tradition familiale.

Le bouquet de la mariée

La coutume du bouquet de la mariée est importée par les chevaliers de retour de la Guerre Sainte. Les fiancées confectionnaient elles-mêmes leur bouquet en fleurs d’oranger, symboles de pureté.

Plus tard la coutume veut que ce soit le fiancé qui offre le bouquet à la mariée.

bouquet de mariee;mariage;

mariages.net

Lorsque la fête bat son plein, il est de tradition que la mariée lance son bouquet parmi la foule des invités : la célibataire qui le rattrape est censée se marier dans l’année !

Le trousseau

Depuis le XIVème siècle, dès qu’une fille voit le jour, les femmes de la famille, puis elle-même dès qu’elle est en âge de le faire, commencent à préparer son trousseau. A l’origine, il comporte linge de corps, linge de lit, linge de table et se doit d’être brodé à ses initiales.

L’organisation

Les faire-part et invitations

Ce sont les familles grands-parents, parents qui font part du mariage de leurs enfants.

Une invitation à un vin d’honneur et/ou au repas peut être jointe au faire-part. Ce sont alors les mères des époux qui invitent.

Ils sont adressés en général, au moins un mois avant la date du mariage.

Le choix de la date et de l’heure

Il se fait longtemps à l’avance, parfois dès les fiançailles.

Autrefois, les mariages bourgeois se célèbrent la nuit pour prendre le contre-pied des mariages populaires, les bourgeois estimant n’avoir pas besoin de l’accord de la communauté villageoise.

Ce choix est soumis a différents aléas :

– des recommandations de l’Église, qui ne souhaite pas que les cérémonies du mariage aient lieu dans les périodes pendant lesquelles les pensées des chrétiens doivent être consacrées à leur religion :semaines préparant Noël , jusqu’à l’Epiphanie, semaines de Carême, mois de mai consacré à Marie.

– des raisons de travaux : pendant la grosse saison des travaux des champs, durant les séjours des bergers en estive.

– des superstitions : les lundis, mercredis et vendredis (raison non trouvée…)

Les alliances

La coutume des alliances remonte à l’Égypte ancienne, leur forme circulaire symbolise l’infini, l’amour pour la vie.

Elle se porte à l’annulaire gauche ; selon la croyance ce doigt est parcouru par une veine qui remonte directement au cœur, que les Grecs appelaient la « veine de l’amour » ; mettre une bague à ce doigt signifie que son cœur appartient à celui qui l’a offerte.

alliances;mariage;

wikpedia.org

Les alliances sont confiées aux témoins du marié qui les apporte au moment voulu pendant la cérémonie.

Les témoins et demoiselles d’honneur

L’article précédent évoque l’obligation des témoins.

Ils soutiennent les futurs époux pendant la préparation du mariage : conseils, aide à l’organisation de la fête, etc…

Les demoiselles d’honneur assistent la future épouse dans ses choix :robe, coiffure, assistance pendant la cérémonie….

Le repas

Le repas a lieu dans un espace adapté au nombre de convives, lieu loué, prêté, grange de ferme, extérieur…Une cuisinière locale est souvent sollicitée pour sa préparation.

Il est parfois précédé d’un vin d’honneur qui permet d’élargir le nombre d’invités.

repas de mariage;

wikpedia.org

Pendant longtemps, surtout dans les campagnes, le menu essentiellement composé de produits du terroir, est très copieux.

Les cadeaux

Il est de coutume d’offrir des cadeaux aux époux afin de les aider à s’établir dans leur ménage : vaisselle, meuble, appareils ménagers, etc.

Attention : tout cadeau d’objets tranchant doit être accompagné d’un échange d’une pièce de monnaie avec celui qui l’a offert afin d’éviter de couper l’amitié !

Les cadeaux sont exposés le jour du mariage.

En échange et pour remercier , le couple offre aux donateurs un cadeau :en Aveyron , couteaux Laguiole pour les témoins masculins (avec la même précaution que ci-dessus), gants de Millau pour les femmes, dans le Tarn-et-Garonne ,canotiers de Caussade ou boulets de Montauban ( noisettes grillées enrobées de chocolat), ou plus couramment des dragées.

La veille du jour J

Les dernières touches de l’organisation

La veille du mariage est consacrée aux derniers préparatifs : décoration des lieux de la cérémonie, du repas, etc…

Les témoins masculins organisent l’enterrement de vie de garçon du futur marié tandis que les amies de la future mariée se chargent de la soirée de celle-ci.

Ils préparent le fleurissement des lieux (mairie, église, salle du repas, trajet du cortège…)

L’enterrement de la vie de garçon du futur

La tradition d’enterrement de vie de garçon est apparue au XVIIIème siècle. Elle consiste en un repas entre amis, bien arrosé, beuverie, tapage nocturne et se termine souvent par l’accompagnement du futur époux dans une maison close où il bénéficie, en principe pour l’ultime fois, des services d’une autre femme…Parfois il s’accompagnait d’un simulacre d’enterrement d’où son appellation : le futur marié représentait le défunt ce qui symbolisait l’effacement de sa vie passée ; ses amis traînaient le cercueil dans les rues en chantant le De Profundis…

…et de jeune fille de la future épouse

Jusqu’au XXéme siècle elle n’a pas lieu d’être : la jeune fille supposée pure passe de la maison de ses parents à celle de son mari ! Ce n’est que dans les années 1970, avec la libération féminine que l’enterrement de vie de jeune fille voit le jour, souvent réduit à un repas entre amies.

Le jour J

La préparation des mariés

Les mariés se préparent séparément : le futur ne doit pas voir la robe de la mariée avant la cérémonie.

Les jeunes viennent faire sérénade sous les fenêtres du lieu où se prépare la « nobie » (future mariée).

Le cortège se dirige ensuite vers la mairie, puis s’il y a lieu vers le lieu de culte où est célébré la cérémonie religieuse.

Le cortège

La mariée ouvre le cortège au bras de son père ( ou s’il est absent, de son tuteur ou de son frère) ; demoiselles et garçons d’honneur suivent, puis le reste des invités par couple ; le cortège se termine par la mère de la mariée au bras du père du marié, tandis que celui-ci clôture la marche au bras de sa maman.

Après la cérémonie les mariés mènent le cortège ; la coutume veut que l’épouse soit à gauche de l’époux, souvenir de l’époque où il enlevait sa promise et gardait sa main droite libre pour brandir l’épée afin de tenir à distance ceux qui auraient voulu s’opposer au mariage!

Le lancer de riz

Depuis l’Antiquité, la coutume voulait que du riz soit lancé sur les mariés une fois le mariage signé.

Ce lancer de riz avait pour but d’apporter fertilité et prospérité aux nouveaux époux. Il était censé leur garantir le bonheur et la chance, éloigner les « mauvais esprits ».

Aujourd’hui, il est remplacé par une pluie de confettis, de pétales, etc. signe de félicitations aux époux.

Le banquet

A l’issue de la cérémonie, les invités se retrouvent autour de la table. Les mariés y tiennent la place d’honneur mais le maire et le curé, souvent invités, ont aussi une place privilégiée…

Parfois une tradition veut que, avant le repas, la jeune mariée agenouillée, tenant un plateau reçoit de l’assistance un baiser sur chaque joue et le dépôt d’un tribut. La somme récoltée aidera aux frais de noces.

Plats riches et bien arrosés vont défiler pendant le banquet.

Jeux, animations, souvent organisés par les témoins, chants plus ou moins légers, narrations d’histoires plus ou moins grivoises agrémentent le repas…Certains curés n’acceptant pas ces dérives en privent leurs ouailles…

Le repas se termine par la traditionnelle pièce-montée. Dans l’Antiquité, il s’agit d’une sorte de pain de blé ou d’orge qu’on devait rompre sur la tête des mariés pour leur porter chance.

Au Moyen-Âge, elle se compose de petits pains que les invités doivent empiler pour constituer une tour la plus haute possible en guise de bon vœux pour le jeune couple.

Elle devient croquembouche, c’est-à-dire une pyramide de choux à la crème collés ensemble par du caramel puis plus tard une superposition de gâteaux, traditionnellement découpée par les jeunes époux.

Dans le Gers, afin d’aider à la digestion des nombreux plats, a lieu la tradition du brûlot gersois destiné à redonner courage et réveiller les convives pour la suite de la soirée : il s’agit d’une boisson faite d’eau-de-vie flambée avec du sucre.

Un bal achève la soirée.

mariage;

wikpedia.org

Pendant le bal les nouveaux mariés s’éclipsent discrètement souvent avec la complicité des témoins, et la fête se poursuit sans eux jusqu’à une heure avancée.

La jarretière de la mariée

Il s’agit d’une bande de tissu, à l’origine supposée soutenir les bas.

Des gravures de la préhistoire représentant des femmes en portant ont été retrouvées…Elles auraient détenu des pouvoirs magiques…

Au Moyen-Âge, alors qu’il dansait avec la comtesse de Salisbury, le roi Edouard III d’Angleterre, ayant vu tomber une jarretière de cette dame, la ramasse et la noue sur sa jambe : l’ordre de chevalerie anglais de la jarretière était né !

jarretiere;mariage;

wikpedia.org

Elle fait parfois partie du rituel du mariage et, remplaçant celui précédemment décrit du plateau, permet d’apporter une aide aux mariés.
Pour la cérémonie de la jarretière, la mariée est juchée sur une table;le jeune marié gère les enchères ; les hommes font des dons pour que la mariée remonte sa robe et les dames pour qu’elle la redescende ; les enchères ont pour objet de faire monter la robe jusqu’à ce qu’apparaisse la jarretière et celui qui aura enchéri le dernier aura le privilège de la décrocher.

Et après…

La recherche des mariés

La tradition, dans notre région, veut qu’en fin de nuit, s’engage la recherche des mariés pour leur offrir un réveil en fanfare très animé… de différentes manières selon les lieux…

Dans la région toulousaine, il s’agit de leur faire absorber le tourin, une soupe à l’ail, aux oignons et aux tomates… ailleurs ce peut être une simple soupe à l’oignon…

En d’autres endroits, on apporte aux mariés du vin chaud épicé jusque dans le lit conjugal : cette tradition est appelée la roste dans le sud-ouest.

Originaire de l’Aveyron, une coutume s’est répandue au-delà dans la région, celle du pot de chambre ! Un pot de chambre garni de champagne, chocolat, banane, châtaignes, etc…(tout ce qui peut lui donner l’aspect évocateur et peu ragoutant d’un vrai pot de chambre mais en restant comestible bien sûr…) est apporté aux jeunes mariés ; la mariée d’abord puis son époux et tous les invités encore présents doivent goûter au breuvage !

Le voyage de noce

Dans l’Ancien Régime, les jeunes couples de la noblesse, après leur mariage partent visiter leurs terres.

La notion de voyage après le mariage se répand dans la bourgeoisie à la Belle Epoque et prend le nom de voyage de noce. Selon la tradition familiale et les moyens financiers, il peut être un séjour à la campagne, dans une maison familiale, dans un lieu réputé romantique en France ( Côte d’Azur), ou à l’étranger (Rome, Venise, Vérone…).

voyage de noce;mariage;

partir.com

Il a pour but de permettre aux nouveaux mariés de mieux se connaître, dans des moments d’intimité.

Aujourd’hui

Si de nombreuses traditions subsistent, certaines choses ont changé avec les évolutions de la société.

Il existe pas ou peu de mariage forcé en France. Depuis 1999, un contrat différent, le PACS (Pacte Civil de Solidarité) permet a des couples de sexes différents ou de même sexe, de s’unir selon certaines règles.

Depuis 2013, le mariage civil est ouvert aux couples de sexes identiques.

Les mariages sont souvent précédés de périodes de vie commune plus ou moins longues, parfois avec des enfants.

La tradition de fiançailles conventionnelles préalables au mariage est moins fréquente.

Le voyage de noce choisit des destinations plus éloignées et est parfais inclus dans la liste de mariage ; les contrats de mariage ont pour but de préserver la propriété des biens en cas de séparation et n’énumère plus le contenu des armoires.

Comme je vous l’ai annoncé cet article fait suite à celui du mois dernier sur « les préparatifs du mariage ».

J’espère qu’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions ; faites connaître ce blog autour de vous !

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous et vous recevrez personnellement, en plus, mes « billets hebdomadaires ».

JE M’INSCRIS

Sources

http://www.unidyl.com/

https://www.zankyou.fr/

https://fr.aleteia.org/

https://www.signe-edith.com/coutumes-francaises-mariage/

https://www.mariages.net/

Précédent

Février en Occitanie

Suivant

Cuisine de nos montagnes

  1. Et une arrivée remarquée sur le lieu de la cérémonie dans une 2cv ! Entièrement décapotable, les photos sont superbes !
    https://2cvaroundthepic.fr/pourquoi-choisir-la-2cv-pour-son-mariage/

  2. Daubeze

    Encore et toujours très bien. J’attends vos articles avec impatience et cela me rappelle de si bon souvenir. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com