Je vous présente le maréchal Foch: un illustre occitan

Le maréchal Foch:pourquoi commencer cette série d’articles sur les personnages connus d’Occitanie par celui ci ?
En cette année centenaire de la fin de la première guerre mondiale, il m’a paru opportun de vous présenter un enfant de la région qui a marqué l’histoire de cette guerre.

– ses origines occitanes, sa scolarité, ses débuts militaires,
– l’ascension d’un militaire de renom
– une reconnaissance nationale

Ses origines occitanes,sa scolarité, ses débuts militaires

Une famille occitane

Ferdinand Jean Marie Foch naît au 2 rue de la Victoire,à Tarbes(Hautes Pyrénées), le 2 octobre 1851 dans une famille bourgeoise catholique.

infotourisme.net

Il est le sixième des sept enfants de Bertrand Jules Napoléon Foch et Sophie Dupré.
Son père, percepteur, est né à Valentine (Haute-Garonne).
Sa mère est la fille du capitaine Jacques Romain Dupré, un ancien chevalier de l’Empire, qui a fait toutes les campagnes de la Grande Armée.

Une scolarité et une jeunesse itinérante

Sa scolarité se déroule au gré des mutations de son père, à Tarbes, à Rodez, à Lyon.
Il fréquente les collèges de jésuites de Saint Etienne et de Metz.

bonus-loucrup65.fr

A la déclaration de guerre contre la Prusse, en 1870, il s’engage mais reste au 4ème régiment d’infanterie qui ne combat pas. A la fin de la guerre, il décide de rester militaire.

Un polytechnicien et un militaire

Ferdinand Foch intègre l’Ecole Polytechnique en novembre 1871, puis  choisit l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie.

bonus-loucrup65.fr

A sa sortie en 1873, il est affecté comme lieutenant au 24ème régiment d’artillerie de Tarbes.
Il suit, en 1876, un stage d’officier d’artillerie montée à l’Ecole de cavalerie de Saumur.
Capitaine, il arrive à Paris en 1879, et entre comme élève à l’Ecole Supérieure Militaire ; il en sort parmi les premiers .

bonus-loucrup65.fr

L’ ascension d’un militaire de renom

De l’école de guerre à la guerre

Lieutenant-colonel, Ferdinand Foch revient en 1895, à l’Ecole de Guerre , en qualité de professeur d’histoire militaire, de stratégie et tactique générale.
Il doit en partir en 1901 pour des raisons politique. En effet , il est proche des milieux catholiques ce qui pendant l’Affaire Dreyfus est mal vu du gouvernement républicain dominé par des radicaux.
Il expose alors ses idées dans deux ouvrages :  « Principes de la guerre » en 1903 et « Conduite de la guerre » en 1904.
En 1907,il est général de brigade et Clémenceau le nomme directeur de l’Ecole de Guerre qu’il dirige jusqu’en 1911.
Une solide estime et une amitié réciproque lient les deux hommes malgré leurs divergences d’opinion, en particulier liées au catholicisme.

estrepublicain.fr

Un stratège reconnu

Au mois d’août 1913, Ferdinand Foch prend le commandement du 20ème corps d’armée stationné à Nancy.
Le 29 août 1914, il est appelé par Joffre à la tête de la IXème armée.
Son attaque dans les marais de Saint Gond joue un rôle décisif dans la victoire de la bataille de la Marne.
Adjoint de Joffre, nommé généralissime du front ouest , il coordonne les armées françaises, britanniques et belges.
Il parvient à bloquer l’avancée allemande au Chemin des Dames fin mai 1918.
Le 8 août 1918, il lance l’offensive générale contre les lignes allemandes.

larousse.fr

Le 11 novembre 1918, il signe l’armistice mettant fin à la guerre sur le front ouest,dans son wagon de commandement, dans la clairière de Rethondes , en forêt de Compiègne.

Une reconnaissance nationale

Des titres et des décorations, de l’Académie aux Invalides

Ferdinand Foch reçoit le bâton de maréchal de France des mains du Président de la République Raymond Poincaré le 6 août 1918.
Il est élevé successivement maréchal de Grande Bretagne et de Pologne, décoré de la Grande Croix de la Légion d’Honneur, de la Médaille militaire, Croix de Guerre 1914-1918 et d’autres encore.
Il est élu à l’Académie française pour son patriotisme la même année .
Il est nommé Président du Conseil supérieur de la Guerre en 1919.
A partir de 1927 sa santé décline; il décède d’une syncope cardiaque foudroyante le 20 mars 1929 dans sa résidence parisienne de l’hôtel de Noirmoutiers.
Ses obsèques nationales se déroulent 6 jours plus tard.

pinterest.com

Il repose à Paris, aux Invalides parmi les grands maréchaux de France.

tripadvisor.com

Une reconnaissance nationale et internationale

Ses mémoires « Mémorial de Foch »seront publiées à titre posthume.

Sa stratégie d’offensive à outrance, parfois controversée, fait dire à Clémenceau «  il se prend pour Napoléon…il y a du César dans le maréchal. Enfin, un César passé par l’Ecole de Guerre ».

Il reste dans les mémoires comme un acteur essentiel de la victoire de la Première Guerre Mondiale.

eutouring.com

Des rues, des avenues, des boulevards dans de nombreuses villes de France portent son nom.

Des statues à son effigie se dressent dans des parcs ou des jardins.

Deux navires de la marine française portèrent son nom :

– le croiseur Foch, lancé en 1931et coulé à Toulon en 1942 lors du sabordage de la marine française.
– le porte avions Foch mis en service en 1960, rebaptisé Sao Paolo après sa vente au Brésil en 2000.

Des nombreuses phrases qui lui sont attribuées, je retiens celle ci :

« Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… »

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.
Si vous ne l’avez pas encore fait, inscrivez vous pour télécharger votre cadeau http://occitanie-decouvertes.com/
Restez en contact avec moi grâce à « Occitanie…découvertes » http://occitanie-decouvertes.com/pour être informé de mes publications.
A très bientôt .
Anne-Marie