Pas à pas...découvrez les coutumes...entrez dans les spécificités de cette région...pour la découvrir et l'aimer.

Le carnaval de Limoux

Le carnaval de Limoux

Le carnaval de Limoux est inscrit, depuis 2012, à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel français. Ses festivités durent trois mois et en font ainsi le plus long carnaval du monde. En 2021, il n’a pas lieu à cause de la Covid 19 au grand dam des limouxins : c’est la première fois depuis 1946.

Faisons un tour de cette grande fête :

  • Limoux

  • Le carnaval de Limoux et ses acteurs

  • Son déroulement

Limoux

La ville

Limoux est , avec Narbonne, une sous-préfecture du département de l’Aude.

A l’entrée de la haute vallée de l’Aude, au cœur du Razès, à 20 kilomètres au sud de Carcassonne, cette ville de 10 000 habitants est surtout connue pour son vin pétillant : la blanquette de Limoux.

Son histoire

Les lieux sont occupés dès le néolithique, mais la ville se construit au VIIème siècle autour de son église.

En 844, une charte de Charles le Chauve l’attribue à l’abbaye de Saint Hilaire et par là même à l’archevêque de Narbonne. Au Xème siècle elle dépend du comte de Razès, devient chef-lieu de la vicomté de ses successeurs, puis suite à mariage, possession de la puissante maison des Trencavel.

Au cœur du catharisme elle subit les assauts de Simon de Montfort. Revenue dans le giron des comtes de Foix, elle redevient un haut lieu cathare ; un concile s’y tient dans le village proche de Pieusse en 1225 en vue de réorganiser la communauté cathare du Razès . Malgré le soutien des Trencavel, et la forte résistance locale, la ville est rasée et annexée à la couronne de France.

Deux épidémies de peste, au XIVème et au XVIème siècle, les guerres de religion mettent à mal la ville.

Au XVIIIème siècle l’industrie drapière, puis les tanneries et l’industrie de la chaussure s’y développent ; la vigne y prend sa place mais subit les aléas du début du XXème siècle et la révolte des vignerons de 1907.

La vignoble devient l’économie principale de la ville.

Le triangle divin

Aujourd’hui, il est coutume de dire que Limoux vénère un « triangle divin »:la blanquette, le carnaval et le rugby à XIII !

La blanquette de Limoux est un vin pétillant AOP depuis 1938 ; elle est citée dès 1544 dans des documents qui en attribue la découverte aux moines de l’abbaye de Saint Hilaire et en font le plus ancien vin pétillant de France…La production viticole limouxine offre également un crémant AOP depuis 1990 et deux AOP Limoux rouge et blanc depuis 2004.

limoux;blanquette;carnaval;occitanie;

CC BY SA 2,0

Le rugby à XIII  et l’équipe locale des Grizzlies, champions de France en 2016 et 2017, rassemblent régulièrement, avec ferveur, la population au stade de l’Aiguille.

Le carnaval qui dure trois mois est le plus long du monde. Petits et grands de 7 à 77 ans y prennent part.

Le carnaval de Limoux

Son histoire

A Limoux, le carnaval est une tradition ancestrale profondément ancrée chez les habitants. Son activité contemporaine s’appuie sur deux théories : celle des meuniers et celle des vendangeurs. Au XIVème siècle, les meuniers de Limoux apportent leurs redevances au monastère de Prouilhe (monastère dominicain situé sur la commune de Fanjeaux, à une vingtaine de kilomètres de Limoux) le jour du Mardi Gras; ils parcourent la ville en jetant de la farine et des dragées, accompagnés par des ménétriers (joueurs de petits instruments).

Depuis 1604, le carnaval de Limoux met en scène les meuniers en costume, vêtus de blanc, munis d’un fouet et d’une besace ; ils parcourent la ville en faisant claquer leurs fouets, jetant de la farine et des dragées, dansant la farandole au son des hautbois et tambours.

La gestuelle de la danse des carnavaliers (los fecos) est particulière:elle rappelle celle des vignerons qui « moustaient » (foulaient) leurs raisins pour en extraire le jus, en sautant d’un pied sur l’autre, les bras en l’air.

Les acteurs du carnaval

Les fecos sont les carnavaliers en général. Ils doivent se dissimuler derrière un masque, ne doivent pas se démasquer en public et porter des gants.

Les bandes regroupent un minimum de 15 personnes titulaires. Les membres sont cooptés. Chaque bande représente un quartier de la ville, un lieu, ou une corporation de métier. Le comité d’organisation du carnaval règle leurs interventions . Au nombre de 3 à l’origine, elles sont une trentaine maintenant. Elles portent des noms liés à leur quartier ou à leur spécificité : les Aïssables, les Anciens, l’Aragou, les Arcadiens, les Blanquetiers, les Brounzinaïres, los Copin’s, las Coudenos, les Drôles, los Encantados, les Estabousits, las Femnos, les Jouves,les Taps, les Limouxins, les Maïnatches, Montecristo, le Paradou,les Pebradous, las Piotas, les Pitchouns, les Poupinettes, le Pont-Vieux, les Remenils, le Tivoli, les Sieurs d’Arques, les Infialurs d’Achille.carnaval;limoux;occitanie;bandes;

CC BY SA 3,0

La musique est importante dans le déroulement du carnaval. Le répertoire varié compte une centaine de morceaux et se transmet de génération en génération. Le carnaval s’ouvre toujours sur l’air de « Carnaval es arribat ». Plusieurs groupes d’une quinzaine de musiciens assurent le carnaval : la Bande à Dédé, les Hauts de l’Aude et les Blanquetaïres…Ils sont traditionnellement composés d’une caisse claire et d’une grosse caisse qui marquent le rythme, de basses, contrebasses, trombones, hélicons pour la structure, trompettes, clarinettes donnent la mélodie…

Si chaque bande choisit ses thèmes annuels de déguisement, des personnages et des accessoires restent invariables :

  • le Pierrot : son masque est obligatoire qu’il soit en tissu (loup), en latex, en plastique, peint aux couleurs de la bande ou assorti au costume. Une cagoule dissimule ses cheveux, ses oreilles et sa nuque qui émergent d’une épaisse collerette. Il porte des gants.

  • Le Meunier :il est vêtu de blanc, un foulard rouge noué autour du cou, chaussé de sabots de bois, coiffé d’un bonnet de nuit blanc avec un pompon, muni d’un fouet. Le premier dimanche du carnaval il se rend près des autorités pour le lancement des festivités.

  • Le Goudil: le goudil appartient ou pas à une bande ; n’importe qui, homme, femme, enfant, peut « faire le goudil » ; il se déguise comme il veut ; il suit les bandes , se déplace seul ou en groupe, se livre aux fantaisies les plus drôles .

  • La carabène est une baguette en roseau que les fecos et surtout le goudil tiennent de la main droite ; elle sert , tenue à bout de bras, à marquer le rythme de la musique et à donner de la légèreté au danseur ; elle permet au goudil de taquiner les badauds et de chiner (dire des « bêtises » plus ou moins fines) à l’oreille des uns et des autres.

  • La besace de confettis est l’accessoire indispensable à chacun.

Le déroulement du carnaval

Les lieux du carnaval

La place de la République, place centrale de la ville avec ses arcades médiévales, est le lieu essentiel du carnaval de Limoux.

Les bandes et les goudils y dansent et s’y mêlent.Une sortie représente trois tours de place pour une bande.

Les arcades abritent cinq cafés et les bandes vont d’un café à l’autre au rythme de la musique et en dansant. Les cafés sont souvent siège de bandes.

Les sorties

Pendant les trois mois que dure le carnaval, trois sorties sont organisées chaque samedi et dimanche ainsi que le Mardi-Gras.

A la sortie de 11h, les bandes se consacrent à un thème pris dans l’actualité locale, nationale, internationale , tournée en dérision.

La sortie de 16h30 se fait sur un thème choisi par la bande.

La dernière sortie de la journée à 22h est la plus solennelle, c’est celle des « entorches ». Elle se fait à la lueur de torches (les entorches) fabriquées à base de résine, de frison et de papier, dans un secret jalousement gardé qui leur permet de brûler pendant deux heures. La musique jouée, lente et solennelle, les arcades décorées par les ombres et lumières des torches, l’odeur de la résine contribuent à donner à cette sortie un caractère très particulier.

carnaval;limoux;entorches;occitanie;

CC BY SA 2,0

Le calendrier des sorties est planifié par le comité du carnaval et les bandes se succèdent dans un ordre établi.

Il y a les bandes du samedi et celles du dimanche. Une journée rassemble dans une grande parade la totalité des bandes. Depuis 2009, une journée des « carnavals du Monde » permet à des groupes venus de tous les continents de défiler de 10h à 22h dans les rues du centre ville.

La fin du carnaval

Le carnaval se termine par la nuit de la blanquette de Limoux. Ce jour là sa Majesté Carnaval, est jugée, en occitan bien sûr, par un comité des bandes du dimanche ! Le jugement se conclut par son incinération qui a lieu au chant de « Adiù paure carnaval » repris en chœur par les fecos et le public.

J’espère que cet article vous aura donner envie de venir au carnaval de Limoux en 2022. Vous trouverez plus de détail concernant ce carnaval sur le site de la ville de Limoux dès qu’il sera programmé.

Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez-vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

JE M’INSCRIS

https://www.limoux.fr/votre-ville/

https://fr.wikipedia.org/

https://www.audetourisme.com/

https://www.tourisme-occitanie.com/

https://www.carnavallimoux.fr/

Précédent

L’actualité 2020 vue d’Occitanie

Suivant

Le veau d’Aveyron et du Ségala

  1. Voilà un bel article digne d’un dictionnaire spécialisé ou de wikipédia ! Tout y est noté mais il faut quand même y avoir été au moins une fois pour en prendre bien la mesure. Estimer, goûter et apprécier l’ambiance festive sous les couverts, si chaude au milieu de l’hiver, les tonnes de confettis répandus chaque fin de semaine, la musique lancinante sur laquelle dansent les fécos, les regards souriants des badauds et en particulier des enfants, toutes les couleurs des costumes, la grâce des mouvements, enfin bref toute la magie créée à cette occasion annuelle de faire la fête !

  2. Jean louis Mendras

    Superbe article qui me fait faire l’analogie avec le carnaval qui se pratiquait à Joyeuse en ardeche,surtout pour la fabrication des chars qui se faisaient par quartiers ,et pour la tradition du défilé des quellis le lundi avant mardi gras (jeunes habillés de chemises de nuit blanches ,avec rondes ,soufflets,et musique traditionnelle,faisant le tour de ville),les duc de Joyeuse ayant leur résidence à Couiza dans l’aude, auraient ils apporté les traditions carnavalesque?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com