Le langage de la bouvine

Le langage de la bouvine correspond aux spécificités de cette activité taurine déjà évoquées dans un précédent article.

Il est utilisé en Camargue, dans le sud du Gard et dans une partie du sud héraultais, partout où les aficiounados (amateurs d’activités taurines) vouent une véritable passion à la bouvine : la fe di biou (littéralement la foi , la passion du taureau) entretenue par la Nacioun gardiano (nation gardiane).Certains mots sont également utilisés au-delà de ce milieu.

Dans cet article retrouvons ce vocabulaire local pour

– les lieux

– le costume

– les activités

– autres langages régionaux liés aux vaches

– les musiques

Les lieux

La Camargue a un relief plat mais comporte plusieurs milieux naturels : le littoral sableux, des graus ( terme occitan désignant un estuaire, un chenal ou un passage), des lagunes créés par la mer, des marais et des roubines (petits canaux) d’eau douce ; roseaux, iris, joncs, dans les zones d’eaux douces, salicornes et saladelles sur les sols salés recouvrent ces zones.

Ces appellations, graus et roubines sont utilisées dans tout le Languedoc :

– Le Grau du roi (Gard), Le Grau d’Agde (Hérault) pour ce qui concerne des ouvertures vers la mer ou Le Grau de Maury (dans les Corbières, passage à 432 mètres entre l’Aude et les Pyrénées-Orientales) ;

les roubines sont nombreuses en Camargue ; à Narbonne, le canal de la Robine, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, est une branche latérale du Canal du Midi.

roubine;camargue;occitanie;

docplayer.fr

Le sol de la Camargue est essentiellement constitué d’alluvions et n’offre pas de pierres et peu de grands arbres pour fournir du bois pour les constructions. Les cabanes et les abris de bergers, faits de terre, de petits troncs pour les charpentes et de sagne (chaume de roseaux des marais) pour la toiture dont l’abside est tournée vers le nord-ouest pour résister au vent dominant, constituent des habitations annexes, typiques de cette région.

Le mas désigne à la fois le domaine et l’ensemble des bâtiments agricoles. Sa façade est ouverte au sud et il est abrité du vent par des bosquets.

Costume du gardian

Jusqu’en 1920, les gardians ne portaient pas de costume spécifique ; il est proposé par le marquis Folco de Baroncelli à la création de la Nacioun gardiano. Il se compose d’un pantalon avec un liseré noir (braio) et d’un gilet (courset) en peau de taupe, d’une veste en velours noir, d’une chemise imprimée de couleurs voyantes et d’une cravate (regate); sa taille est prise dans une ceinture de toile (taillolo) ; il est coiffé d’un chapeau de feutre noir (valergo).

costume de gardian;

wikiwand.org

Activités

La manade est à la fois le troupeau et le lieu d’élevage des taureaux et chevaux de Camargue. Elle est dirigée par un régisseur (le baile-gardian) ou par le patron (pelot ou mestre). L’appellation baile ou mestre s’entend également dans toute la région pour désigner le responsable d’un domaine.

Le gardian travaille à pied muni d’un bâton court (le calos) ou à cheval avec une longue gaule de frêne ou de châtaignier munie d’un trident (le ficheiroun).

Il a la charge d’assurer toutes les tâches que nécessite l’élevage des taureaux :

– la muselade : introduction dans le cartilage du nez du jeune veau d’une muselière (petite pièce de bois plate et allongée) destinée à l’empêcher de téter et ainsi le sevrer.

– la ferrade : application au fer rouge de la marque de la manade sur la cuisse gauche du bouvillon d’un an. La ferrade donne lieu à une fête qui attire les spectateurs.

-le triage : sélection et mise à part dans le troupeau des veaux destinés à la ferrade ou aux courses.

– le bistournage : castration des jeunes anoubles destinés à la course

– l’abrivado et la bandido : encadrement des taureaux du pré aux arènes et retour.

La selle camargue est profonde, avec un haut pommeau en cuir rembourré et un troussequin enveloppant d’une hauteur maximale de 15 cm ; elle permet au cavalier d’être calé et bien stable lors de brusques changements de direction. Elle est équipée d’une croupière et repose sur un tapis de selle à carreaux : le couvertoun.

atrapaire;bouvine:

midilibre.fr

L’encierro (l’enfermement) consiste à lâcher les taureaux sur un parcours clos, une rue fermée par des barrières, où des amateurs téméraires (les attrapaïres) viennent les exciter et leur échappent en se réfugiant derrière des ballots de pailles déposés à cet effet.

L’abrivado (trajet pendant lesquels les taureaux encadrés par les gardians vont du pré, ou du camion, vers le corral attenant aux arènes) ou la bandido (trajet inverse) donnent lieu à divertissement pour les jeunes qui essaient de faire échapper les taureaux…

Le taureau à la corde ou taureau à la bourgine (nom local de la corde) consiste à promener un taureau attaché à une corde dans les rues de la ville en essayant d’éviter sa fureur. C’est la plus ancienne forme de jeu taurin. Peu à peu modifiée par sécurité (cornes de l’animal emboulées, circuit fermé, etc..), elle est désormais interdite.

Ces derniers mots restent spécifiques à la bouvine et à ses pratiques.

Autres langages régionaux liés aux vaches

L’activité taurine, appelée bouvine, est réservée à l’est de la région Occitanie-Pyrénées Méditerranée.

Néanmoins à l’ouest de la région, surtout dans le Gers,et les Hautes-Pyrénées il existe une activité liée aux vaches, appelée « vaches landaises » en raison de l’importance de sa pratique dans le département des Landes.

Les courses landaises se pratiquent avec des femelles de taureaux de corrida exclusivement. Ce sont des vaches espagnoles, de combat, appelées « coursières », élevées par des ganaderos.

Les vaches, pendant la course, sont tenues au bout d’une corde par un courdayre (cordier). La saison des courses est la temporada et les équipes qui participent sont les cuadrillas.

Les musiques

Le côté festif des activités taurine en Occitanie est toujours accompagné de musique.

bandas;penas;ferias;

wikipedia.org

Les groupes musicaux prennent le nom de bandas ou de penas ;ce sont des fanfares ambulatoires composées de musiciens et aficionados qui accompagnent les festayres (fêtards) de bodega en bodega (bar) pendant les férias. Ils précèdent les passa-callas (défilés dans les rues). Ils animent également les courses avec des musiques bien définies pour certains moments : le paseo (entrée dans les arènes), la Marche cazérienne pour les courses landaises, l’èr del biou pour les courses camarguaises.

Les instruments utilisés sont essentiellement des cuivres (trompettes, trombones, tuba, saxophone), des bois (clarinette, flûte piccolo) et des percussions( grosse caisse, caisse claire, cymbales).

J’espère que cet article vous a plu.

S’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions ; faites connaître ce blog autour de vous !

Si ce n’est déjà fait, inscrivez vous et vous recevrez personnellement, en plus, mes « billets hebdomadaires ».

JE M’INSCRIS