J’ai lu pour vous…

La Clède de la Jeune Morte

« La Clède de la Jeune Morte » est un roman policier cévenol, premier tome de la Saga des Brusses, d’ Alain Gurly . Ce livre de 250 pages est édité aux éditions Nombre7

Qui est Alain Gurly ?

Ce cévenol est né en 1942 à Saint Cécile d’Andorge dans le Gard où il réside toujours.

Enseignant, documentaliste, il se consacre à l’écriture depuis 1992 et fait partie d la Société des Poètes Français.

Son genre varie, poèmes, romans, nouvelles contes, toujours d’inspiration cévenole.

La Saga des Brusses

Dans cette série de cinq romans policiers Alain Gurly nous raconte les intrigues qui agitent le Mas des Brusses dans la première moitié du XXème siècle.

Cette demeure, du plus pur style cévenol, se dresse depuis le XVIIIème siècle sur le flan ensoleillé d’une colline, parmi les châtaigniers et les mûriers, au dessus d’un ruisseau.

Au delà du petit pont des bois qui franchit le ruisseau, le Mas du Brès, abrite le meunier du moulin communal et sa famille.

Le Mas des Esclapes est situé sur le même versant en aval du ruisseau.

Plus bas la grande route mène aux villes proches d’Alès et d’Anduze.

Les habitants de ces trois mas cévenols vont être les acteurs de cette saga qui va, page près page, nous entraîner dans les dessous de la vie des cet endroit

Outre les intrigues qui animent ces lieux, l’auteur nous fait partager la vie rude des habitants des Cévennes à cette époque, leur vocabulaire, leurs expressions, leur quotidien.

La Clède de la Jeune Morte

Tome 1 de la Saga des Brusses, « La Clède de la Jeune Morte » nous fait vivre ce premier événement qui va ébranler la vie des habitants des ces trois mas.

Les «  clèdes »(en Cévennes) ou « secadous »(dans la Montagne Noire) sont des petites cabanes à un seul étage avec un plancher à claire-voie. Un feu, sans flamme, maintenu au rez- de-chaussée, dispense pendant un mois une fumée et une chaleur continue pour sécher la récolte de châtaignes déposée à l’étage. (Chataîgne ou marron en Occitanie)

Le Mas des Brusses possède une vieille clède à l’écart des principaux corps de bâtiments du Mas.

Quel évènement dramatique va donner à cette clède ce nom de « Clède de la Jeune Morte » ?

C’est ce que l‘auteur a entrepris de nous faire partager.

Un récit détaillé et un suspense intéressant

Alain Gurly nous décrit, avec précisions et avec la couleur locale, les protagonistes de l’histoire. Nous pénétrons la vie de chacun, son histoire, son caractère, ses sentiments, son rôle dans la vie quotidienne des lieux.

Au passage, il nous dépeint aussi l’ambiance générale : la vie rurale et sa différence avec la vie citadine, le mode de vie et les pratiques locales, et pour ce roman nous faisons un passage par la « sale guerre ».

Le drame que l’on sent venir au fur et à mesure du récit, attise notre intérêt.

L’enquête est diligentée par le berger du Mas des Esclapes et son neveu, inspecteur de police ; même si nous en percevons l’issue de manière un peu floue, notre envie d’aller au bout de l’histoire reste présente.

Mon avis

J’ai pris plaisir à lire ce roman policier cévenol de 250 pages.

L’écriture est simple, directe . Les expressions locales qui l’émaillent sont expliquées voire traduites . Elles donnent du vivant au récit et contribuent à nous plonger dans le quotidien de l’époque.

Je suis rentrée très vite dans le livre et il m’a été facile d’imaginer les lieux, les gens… bref de vivre l’histoire.

Je vous encourage à lire ce premier tome d’une série, qui est une histoire avec un début et une fin à lui seul.

Vous serez transporté dans les Cévennes et comprendrez mieux ce qu’elles sont aujourd’hui en ayant partagé ce petit morceau de leur vie d’autrefois.

J’espère pouvoir vous faire bientôt part de mes impressions sur les tomes suivants de cette saga cévenole.

A bientôt

Anne-Marie

http://www.nombre7.fr/

http://librairie.nombre7.fr/80_alain-gurly