Pas à pas...découvrez les coutumes...entrez dans les spécificités de cette région...pour la découvrir et l'aimer.

Je vous emmène à La Canourgue

Je vous emmène à La Canourgue

La Canourgue est un village du département de la Lozère classé « village étape » ; si vous êtes habitué de l’autoroute A75, vous le connaissez au moins de nom : il est dans une cuvette, au creux des lacets d’une grande descente de l’autoroute à vitesse réduite, difficile à tenir vue la déclivité!

Si vous êtes passé à proximité sans vous arrêter, j’espère que cet article vous donnera envie d’aller le voir de plus près :

– son histoire

– son patrimoine

– ses environs

Son histoire

Une situation géographique

La Canourgue est située au pied des causses de Sauveterre, aux portes de l’Aubrac et des gorges du Tarn, à 563 mètres d’altitude.

Ouvert sur la vallée du Lot, le village est dans le département de la Lozère, en limite de l’Aveyron. Il est traversé par l’Urugne, affluent du Lot.

urugne;la canourgue;lozere:occitanie;

Occitanie-decouvertes

Une occupation très ancienne

De nombreux monuments (dolmens, menhirs, mégalithes divers…) retrouvés dans les environs témoignent d’une occupation très ancienne des lieux.

D’autres vestiges de l’époque gallo-romaine ont été également retrouvés.

Banassac

Aux Ier et II ème siècles, la ville importante est Banassac , situé à 1 kilomètre à l’ouest de La Canourgue.

Elle est alors un grand centre de production de poteries pour l’empire romain.

Un monastère

A l’époque mérovingienne le monastère de Saint Martin s’installe à proximité de Banassac. Peuplé de moines bénédictins , il est doté et protégé par les Seigneurs du Gévaudan.

Au VIIème siècle le culte des reliques se développe. Il est important pour un monastère d’en posséder car elles lui donnent renommée et notoriété, attirent les pèlerins et avec eux une source de revenus non négligeable.

Des reliques de Saint Martin de la Canourgue, on sait peu de chose et rien n’a été retrouvé.

Toutefois elles ont contribué à l’expansion du bourg.

Au Moyen Age

A partir des IXème et Xème siècles , deux châteaux forts sont construits pour protéger la cité. Ils permettront à La Canourgue de poursuivre son développement tandis que la ville de Banassac, plus vulnérable, est soumise à des pillages .

Au XIIème siècle, il est cédé par l’évêque de Mende à l’abbaye Saint Victor de Marseille. Occupée par une douzaine de chanoines, l’abbaye de Saint Martin est à l’origine du nom du village :en occitan, canougiès signifie chanoine.

De cette abbaye ne subsiste que la collégiale qu’on appelle aujourd’hui l’église Saint Martin.

Une cité prospère

Le bourg se développe rapidement autour du monastère, de ses châteaux et de ses cours d’eau.

Plusieurs moulins à eau y sont construits.

Foires et marchés s’installent .

A la Renaissance, filatures, tissages, tanneries, mégisseries s’établissent aux bords de l’Urugne. Une bourgeoisie aisée se constitue qui construit de belles demeures.

Une économie fluctuante

A la fin du XVIIIème siècle, la crise textile avec la concurrence du drap anglais se fait durement sentir.

La ville réoriente son activité sur la base de ses atouts locaux dès 1890: les troupeaux de moutons et l’eau. Le travail de la peau est l’essentiel de l’économie qui s’éteint peu à peu à la fin du XXème siècle.

Les moulins sont désaffectés.

En 1972, les communes de La Canourgue, La Capelle, Montjézieu et Auxillac fusionnent.

Aujourd’hui l’activité renaît basée sur un élevage de brebis de qualité ; il est soutenu par la proximité des Caves de Roquefort, de la Bergerie lozérienne de la Tieule, de la Laiterie du Massegros.

La présence de l’eau demeure importante et permet l’existence de deux piscicultures et d’un lycée piscicole.

Le tourisme tient une place non négligeable , soutenu par la proximité de l’autoroute A75 (La Méridienne) et du viaduc de Millau.

Son patrimoine

Le patrimoine architectural

La commune est parcourue par de nombreux canaux qui passent sous les maisons et les ruelles ; des fontaines ornent les places. Elle lui doit son surnom de «Petite Venise lozérienne ».

Une place, nommé le Pré Commun, avec une croix monumentale, bordée de belles maisons, accueille foires, marchés, une halle couverte et plusieurs commerces.

la canourgue;ruelle;lozere;occitanie;

Occitanie-decouvertes

Le vieux bourg abrite de petites ruelles, parfois en escaliers, dans un ensemble de magnifiques maisons des XVIème et XVIIème siècles. Des passages sous des portes ou des poternes témoignent de vestiges des anciens remparts.

Les maisons à pans de bois, à encorbellements, en pierres calcaires souvent non crépies, aux toits de lauzes, aux portes et fenêtres encadrées de grès rose ou ocre, sont typiques du lieu.

Le bourg est dominé par le château Saint Étienne ; la Tour de l’Horloge est un reste de l’ancienne citadelle.

cadran solaire;la canourgue;lozere;occitanie;

Occitanie-decouvertes

Le patrimoine religieux

L’ancienne abbatiale, devenu l’église Saint Martin, a été construite entre le XIIème et le XVIIème siècle sur l’emplacement d’une ancienne église. Elle se compose d’une nef de trois travées avec deux collatéraux, un chœur délimité par un mur à cinq pans et un déambulatoire sur lequel s’ouvrent sept chapelles rayonnantes.

A proximité, la chapelle romane de Saint Frézal , au pied de la montagne et de la source du même nom, est un des monuments religieux les plus anciens du Gévaudan ;construite aux Xème et XIIème siècles, elle est classée monument historique. Elle abrite un sarcophage de grès blanc qui contient les restes de Saint Frézal, évêque de Mende en 820, assassiné par son neveu Brucilinus qui veut récupérer sa charge et sa fortune.

On attribue aux eaux de la source de Saint Frézal la faculté de guérir les maladies de peau…

Ses environs

Outre les communes d’Auxillac, de Montjézieu et de La Capelle, rattachées à La Canourgue en 1973, le canton présente de très intéressants villages qui valent le détour.

 Banassac, son église du XIIème siècle et son musée archéologique ;

Saint Saturnin, son église romane et son magnifique château à quatre tours ;

st saturenin;lozere;chayeau;occitanie;

    Château de Saint Saturnin

Occitanie-decouvertes

Canilhac, son église Saint Vincent, sa baronnie et son donjon ;

Montjézieu et son château qui domine la vallée du Lot ;

Auxillac et la maison de Céleste Albaret (servante de Marcel Proust) ;

La Capelle et les fresques de son église.

Sans oublier le Causse de Sauveterre, les nombreuses ballades et paysage qu’il offre et le Sabot de Malepeyre, étrange masse de pierre en forme de sabot, s’élevant à 30 mètres du sol, troué par le passage des eaux il y a des milliers d’années…

J’espère que ce petit tour en Lozère vous a plu et peut-être donné envie de quitter la Méridienne quelques heures, lorsque vous verrez le panneau de La Canourgue.

             Si cet article vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions. Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

JE M’INSCRIS

https://www.la-canourgue.com/village/

http://la.canourgue48.free.fr/

https://monumentum.fr/

https://www.lozere.info/

https://fr.wikipedia.org/

Précédent

Tripes, tripoux…

Suivant

Boby Lapointe, un personnage atypique

  1. Marie Christine Frézal

    très belle commune que La Canourgue chargée d’histoire et particulièrement animée quand les Frézal de France ( et ils sont nombreux!) se réunissaient ( se réunissent encore? -si possible je serais heureuse d’avoir des informations à ce sujet)lors de la fête de la confrérie de la Pouteille et du Manouls le 15 août.

    • Bonjour,
      La fête de la confrérie de la Pouteille et du Manouls a toujours lieu le 15 août (quand la situation sanitaire le permet bien sûr). En ce qui concernela rencontre des Frézal je n’ai pas d’information…désolée

  2. Très intéressante visite de ce coin , dont nous connaissions forcément le nom dans la région grâce à Jacques Blanc, son fougueux homme politique de droite d’il y a quelques dizaines d’années. Et ce village, pardon, petite ville, vaut le détour (car quand même il faut en faire un bien qu’il y ait maintenant l’autoroute!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com