Occitanie...découvertes

Pas à pas…découvrez les coutumes…entrez dans les spécificités de cette région…pour la découvrir et l'aimer.

La bastide en Occitanie

La bastide en Occitanie

bastide;mirepoix;ariege;occitanie;voyageenduo.com

La bastide, en Occitanie, n’est pas, comme en Provence ou ailleurs, une grande bâtisse de pierres mais une ville ou un village.

Elle est un aménagement innovant du territoire réalisé dans le Sud-Ouest de la France sur une période unique, de 1222 à 1373, de la croisade contre les Albigeois à la Guerre de Cent ans.

Dans cet article faisons connaissance avec ces cités :

– qu’est-ce qu’une bastide ?

– comment se présente une bastide ?

– pourquoi une bastide ?

fonctionnement d’une bastide

l’évolution des bastides

Qu’est-ce qu’une bastide ?

Un peu de vocabulaire

Le mot bastide vient de l’occitan médiéval bastida.

Il peut prendre trois significations :

– en provençal, une bastide est une grosse bâtisse de pierres, qui abrite un domaine agricole ( logements, bâtiments agricoles, dépendances) en pleine campagne;

bastide provençale;

Bastide du Jas de Bouffan à Aix-en-Provence wikipedia.org

– construction en pierre d’un bâtiment défensif voire militaire , parfois aussi appelé bastion;

dans notre région, il s’agit d’une ville neuve, ville ou village , construits selon des conditions particulières.

Les spécificités d’une bastide

Une bastide est une ville ou un village construit sur un territoire vierge ou à partir d’un hameau existant. Ce terrain est octroyé par un suzerain laïque ou religieux, ou les deux.

Elle est bâtie selon un plan précis et original qui répond à des caractéristiques politiques et économiques.

bastide;occitanie;plan de masse;

wikipedia.org

Elle est le résultat d’une volonté d’autonomie de ses habitants à l’égard des pouvoirs locaux, laïques ou religieux.

Sa construction s’appuie sur une acte fondateur ; des textes explicitent son projet politique généralement fondé sur l’égalité des habitants, leur autonomie pour la gestion de la ville et l’allègement du poids juridique et fiscal du suzerain.

Comment se présente une bastide ?

Une forme globale

La bastide a la forme d’un rectangle ou d’un carré.

Exceptionnellement et en raison de la topographie, elle peut être hexagonale ou ovale.

C’est en plaine qu’on trouve les plus belles formes géométriques des bastides : Marciac (Gers), Grenade-sur-Garonne (Haute-Garonne), Miramont (Lot-et-Garonne).

occitanie;marciac;

marciac.org

Elle comporte deux axes majeurs qui débouchent sur des portes parfois fortifiées.

Des îlots rectangulaires, réguliers et d’une superficie identiques sont tracés autour de ces axes pour recevoir les constructions, donnant ainsi à la bastide la forme d’un échiquier.

Des rues

Les rues sont orthogonales et hiérarchisées.

rue;occitanie;castelnau-de-montmirail;

Une rue de Castelnau-de-Montmiral wikipedia.org

Les rues principales sont des voies de dessertes ; larges de 6 à 10m , elles sont dites « charretières » (carriéra en occitan) car elles permettent le passage des charrettes. En terre battue ou recouvertes de pavés ou galets, elles sont constituées de deux plans inclinés avec un caniveau central ; elles longent les façades des maisons et sont souvent les axes longitudinaux de la bastide.

Une bastide classique comporte de 4 à 8 rues charretières selon son importance qui délimitent des îlots appelés gaches.

Des rues secondaires dites transversales ou traversières font 5 à 6 m de large.

Les lots sont partagés en ayrals, parcelles de 8m sur 24m environ, attribués pour la construction de maisons et dont le nombre est limité et défini. La façade de 8m sur la rue correspond à la portée d’une poutre en bois. D’étroites ruelles (les carreyrous) desservent l’arrière des parcelles mais ne laissent passer qu’un homme voire un cheval (1 à 3 m de large) ! Avec chaque ayral sont attribués des terrains agricoles à l’extérieur.

Une place

Une place principale, unique, se trouve au centre de la bastide mais pas forcément au croisement des rues principales.

De taille variable, elle est souvent agrémentée d’un puits, d’une fontaine, d’une citerne pour répondre aux besoins en eau des habitants.

occitanie;place;lisle-sur-tarn;

Place de Lisle-sur-Tarn tourisme-vignoble-bastides.com

Elle est entourée de maisons en pierres dont un bâtiment principal public, (parfois une tour) ; on y trouve, au premier étage, une salle où se réunissent les échevins ; les documents de la commune (chartes de coutumes, actes de fondation) y sont déposés.

Des habitations

Il n’y a pas de style architectural imposé dans une bastide.

Les habitations ne sont pas mitoyennes mais séparées par des andrones, espaces d’une dizaine de centimètres. Elles doivent avoir au moins un étage et les façades sur la rue doivent être alignées. Autour de la place un couvert d’arcades , est imposé.

bastide;place;lisle-sur-tarn;occitani;

Place de Lisle-sur-Tarn tourisme-vignoble-bastides.com

Les faîtages des toits sont parallèles à la rue afin de recueillir l’eau de pluie et la diriger vers les caniveaux.

Pourquoi une bastide ?

Des raisons démographiques

Dans le pays d’oc l’habitat groupé existe essentiellement dans un but de protection, impulsé par les monastères (sauvetés), par les seigneurs (castelnaux).

Après une baisse de population entre 1180 et 1220, période de la croisade contre les Albigeois, la natalité reprend rapidement. Les castelnaux ont subi des destructions et les populations doivent se reloger. La région connaît alors une période de paix et d’essor économique.

Des raisons politiques

La construction d’une bastide est un enjeu de réorganisation des équilibres des territoires.

Elle permet également de rééquilibrer les peuplements au regard des nouveaux enjeux politiques au bénéfice espéré de ses créateurs.

L’implantation du pouvoir royal sur la région incite les comtes de Toulouse à s’affirmer après la croisade contre les Albigeois.

De même le pouvoir étatique a besoin de s’implanter.

Des seigneurs locaux souhaitent obtenir une certaine autonomie.

Par ailleurs, la création de ces nouveaux établissements et surtout les règles de gestion proposées traduisent la volonté des pouvoirs locaux d’échapper au mouvement de l’émancipation communale qui prend naissance à la même époque.

Des raisons économiques

La bastide permet aux fondateurs , propriétaires ou usufruitier des terrains, de mettre en valeur des terres incultes, des forêts inexploitées.

Elle met le développement des échanges commerciaux, foires, marchés, au centre de son activité et par là même augmente la perception de revenus par les fondateurs.

Elle est l’occasion de regrouper des populations éparses et d’initier un développement économique. C’est un véritable outil d’aménagement du territoire.

Pourquoi dans notre région ?

Au Moyen-Âge notre région se trouve politiquement au confluent de trois zones d’influence : celles des rois de France, d’Espagne et d’Angleterre. Elle est aussi un enjeu entre le duché d’Aquitaine et le comté de Toulouse.occitanie;; carte de france; bastides;

wikipedia.org

Économiquement, elle est traversée par plusieurs chemins vers Saint Jacques-de-Compostelle. Des bastides s’installent le long des voies de communication et des cours d’eau (Lot, Garonne, etc..).

Fonctionnement d’une bastide

Un fondateur

La décision de création d’une bastide relève de l’autorité qui possède ou jouit de l’usage du terrain.

Elle peut être laïque ( seigneur, comte, pouvoir royal), religieuse ( abbaye ou évêché), voire multiple ( plusieurs seigneurs, seigneur et abbaye). Dans ce dernier cas, un accord entre les parties est nécessaire et acté par un contrat de paréage. Ce contrat signé devant notaire définit le statut juridique et fiscal de la bastide, en prévoit les limites et ce qui sera fait à l’intérieur (nombre de maisons, de jardins, de terres cultivables, taille des parcelles, bâtiments civils et religieux et leur défiscalisation) .

La charte des coutumes

Elle définit les privilèges accordés aux habitants ou poblans (allègements fiscaux, mesures judiciaires et honorifiques) de la bastide.

Son objectif est d’attirer des familles d’habitants.

L’égalité est respectée dans la distribution des terres et parcelles, ainsi que dans leur aspect juridique, mais le droit féodal reste appliqué avec des ajustements locaux.

L’administration de la bastide

Elle relève à la fois des représentants du pouvoir féodal et des habitants.

La municipalité est composée :

– des consuls : nommés par les fondateurs puis renouvelés par cooptation, choisis parmi les « notables » ; ils sont responsables de l’administration de la cité ;

– des jurés : ils sont chargés de la basse justice et de la police ;

-du bayle : il représente l’autorité fondatrice dont il doit faire respecter les décisions ; il travaille en collaboration avec les consuls.

La fiscalité

La charte des coutumes établit une égalité de droit, de justice et aussi de fiscalité pour tous.

Les droits redevables au suzerain (le cens, redevance annuelle fixe sur le foncier) comme celui redevable à l’Église (la dîme, 1/10ᵉ de la production agricole ) sont fixés à l’avance.

La défense et le droit des personnes

Assurée au départ par les habitants eux-mêmes, la défense sera rapidement confiée à des hommes armés payés par les habitants.

Pour attirer de nouveaux habitants, la liberté est octroyée aux serfs ; le droit de propriété ainsi que celui de posséder un four est attribué aux poblans ; Cette sécurité de jouissance et sa gratuité les sécurisent et confortent le développement économique local.

L’évolution des bastides

De leurs créations à la guerre de Cent ans

Dans ce temps de paix et de prospérité , de nombreuses bastides vont se créer mais certaines n’aboutiront pas faute de nouveaux habitants, parfois en raison de la concurrence d’autres créations proches.

Pendant la guerre de Cents ans

Le début de la guerre de Cent ans, en 1337, donne un coup d’arrêt à la construction des bastides.

Certaines vont s’équiper d’éléments défensifs tels que des remparts.

D’autres disparaissent pour ne pas l’avoir fait…

Quelques-unes vont encore voir le jour telle que Labastide d’Anjou dans l‘Aude.

Après la guerre de Cent ans

Le calme revenu, les bastides situées sur les tracés des grands chemins et le long de voies de communication terrestres ou fluviales vont prospérer.

Certaines vont subir des modifications : élargissement de rues, amélioration des accessibilités.

La plupart du temps la place demeure et est parfois transformée en vaste marché.

Aujourd’hui

Les bastides représentent encore une part importante des villes et villages de notre région. Outre leur curiosité patrimoniale devenue une spécificité touristique, elle s’adapte à la modernité actuelle. Leur centre commercial et leurs quartiers piétonniers sont mis en valeur.

Les bastides de notre région

Elles sont concentrées sur 10 des 13 départements de notre région Occitanie-Pyrénées Méditerranée.

En Ariège : Campagne-sur-Arize, La Bastide-de-Besplas, La Bastide-de-Bousignac, La Bastide-de-Lordat, La Bastide-du-Salat, La Bastide-de-Sérou, La Bastide-sur-l’Hers, Lacave, Le Mas d’Azil, Mazères, Mirepoix, Montesquieu-Avantès, Montjoie-en-Couserans, Rimont, Roquefixade, Saint-Ybars, Tarascon-sur-Ariège, Villeneuve-d’Olmes, Villeneuve-du-Bosc, Villeneuve-du-Paréage, Saint-Girons (le quartier Villefranche).

Dans l’Aude :Arques, Belpech, Carcassonne, Castelnaudary, Chalabre, Labastide-d’Anjou, Labastide-de-Coulomat, Labastide-d’en-Richard, Labastide-en-Val, Labastide-Esparbairenque, Lignaroles, Molandier, Ribouisse, Saint-Denis, Saint-Louis, Salles-sur-l’Hers.

En Aveyron: La Bastide-l’Evêque, Najac, Réquista, Sauveterre-de-Rouergue, Villecomtal,Villefranche-de-Panat, Villefranche-de-Rouergue, Villeneuve-d’Aveyron.

En Haute-Garonne :Aignes, Alan, Beauchalot, Blajan, Bouloc, Boulogne-sur-Gesse, Boussens, Buzet-sur-Tarn, Calmont, Carbonne, Cazères, Gaillac-Toulza, Grenade, Labastide-Beauvoir, Labastide-Clermont, Lavelanet-de-Comminges, Le Fousseret, Le Plan, Léguevin, Lestelle-de-Saint-Martory, Mondilhan, Montastruc-la-Conseillère, Montesquieu-Volvestre, Montgeard, Montmaurin, Montréjeau, Nailloux, Nénigan, Palaminy, Plagne, Plaisance-du-Touch, Revel, Rieumes, Saint-Félix-Lauragais, Saint-Lys, Saint-Sulpice-sur-Lèze, Salles-sur-Garonne, Valentine, Villefranche-de-Lauragais, Villeneuve-de-Rivière, Villenouvelle.

Dans le Gers : Aujan, Aurimont, Barcelonne-du-Gers, Barran, Bassoues, Beaumarchés, Cazaubon, Cologne, Fleurance, Fourcès, Gimont, Jegun, Labastide-Savès, Lannepax, Lias-d’Armagnac, Marciac, Marguestau, Masseube, Miélan, Miradoux, Mirande, Monfort,Monguilhem, Montréal-du-Gers, Mourède, Pavie, Plaisance, Réjaumont, Saint-Clar, Seissan, Solomiac, Valence-sur-Baïse, Villefranche -d’Astarac.

Dans le Lot :Beauregard, Bretenoux, Castelfranc, Cazals, Gourdon, Labastide-du-Haut-Mont, Labastide-du-Vert, Labastide-Marnhac, Montcabrier, Montfaucon, Puybrun, Rudelle.

Dans les Hautes-Pyrénées :Castelbajac, Lannemezan, Lubret-Saint-Luc, Montgaillard, Peyrouse, Rabastens-de-Bigorre, Saint-Martin, Sère-Rustaing, Tournay, Trie-sur-Baïse, Vidalos.

Dans le Tarn : Arthès, Beauvais, Brens, Briatexte, Castelnau-de-Lévis, Castelnau-de-Montmiral, Damiatte, Florentin, Labastide-de-Lévis, Labastide-Dénat, Labastide-Rouairoux, Labastide-Saint-Georges, Labessière-Candeil, Lisle-sur-Tarn, Pampelonne, Réalmont, Saint-Gauzens, Saint-Sulpice-la-Pointe, Saint-Urcisse, Técou, Valence-d’Albigeois, Villefranche d’Albigeois, Villeneuvesur-Vère, Viterbe, Viviers-les-Montagnes.

Dans le Tarn-et-Garonne : Albias, Angeville, Beaumont-de-Lomagne, Castelsagrat, Caumont, Cordes-Tolosannes, Donzac, Dunes, Labastide-Saint-Pierre, Labastide-du-Temple, Lafrançaise, Larrazet, Mirabel, Molières, Monclar-de-Quercy, Montalzat, Montech, Montjoi, Nègrepelisse, Réalville, Saint-Sardos, Septfonds, Valence-d’Agen, Verdun-sur-Garonne, Verfeil-sur-Seye, Verlhac-Tescou.

J’espère que cet article vous a donné envie de mieux connaître ces nombreuses bastides occitanes.

S’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions. Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez-vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

JE M’INSCRIS

Précédent

L’oignon en Occitanie

Suivant

Bernadette Lafont, une pétillante cévenole

  1. Pierre BRUGUEROLLE

    Très intéressant article sur le Sud-Ouest, mais j’ai vu cette organisation des villes et village au Sud-Est! C’est très regrettable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com