Occitanie...découvertes

Pas à pas…découvrez les coutumes…entrez dans les spécificités de cette région…pour la découvrir et l'aimer.

Je vous emmène à Mirepoix

Je vous emmène à Mirepoix

Mirepoix est une cité médiévale du département de l’Ariège.

Ce département pyrénéen est adossé à l’Espagne et à la Principauté d’Andorre.

https://occitanie-decouvertes.com/occitanie/ariege/

Une partie de son territoire est un Parc Naturel Régional depuis 2009.

https://occitanie-decouvertes.com/les-pyrenees-occitanes/

Devant son nom à la rivière qui le traverse, il se divise en quatre « pays » :
-le Pays des Portes de l’Ariège
-le Pays du Couserans
-Foix et la Haute Ariège
-les Pays d’Olmes et les Pyrénées cathares.

Mirepoix est une bastide située dans ce dernier.

gite-ariege-mirepoix.fr

Dans cet article je vous emmène à Mirepoix par 5 chemins :

– une bastide : pourquoi ce terme pour Mirepoix ?
– un nom : pourquoi Mirepoix ?
– une histoire
– à voir dans la commune : les incontournables
– à voir dans les environs

Une bastide 

Mirepoix est une bastide médiévale dont l’origine remonte au Xème siècle mais reconstruite après une grande inondation en1289.

L’appellation « bastide » , vient de l’occitan bastida et désigne une ville ou un village construit selon un plan particulier.

Ce nom est donné à des villes construites dans le Sud Ouest, entre 1222 et 1373, la croisade des Albigeois et la guerre de Cent ans.

La bastide répond à des conditions particulières :

– elle est construite sur un terrain octroyé par un suzerain laïc ou religieux ou les deux :
– elle fait l’objet d’un acte fondateur
– elle repose sur un projet politique basé sur l’égalité des habitants, leur autonomie dans la gestion de la ville, un poids juridique et fiscal du suzerain allégé.

Construite à l’origine en bois, l’architecture qu’elle présente aujourd’hui est en pierre et date du XVIème siècle ; de style local, elle demeure intéressante.

Mirepoix a su garder son caractère médiéval.

voyagesenduo.com

La place centrale est entourée de galeries en bois, supportant des maisons à colombages.
Les solives des maisons les plus riches sont sculptées

Un nom

Le nom de Mirepoix fait l’objet de deux versions :

– la plupart des références lui donne pour base l’occitan mira peis (= qui regarde les poissons) car bâtie à proximité d’un gué sur l’Hers dont les eaux sont supposées claires et permettent d’admirer les poissons !

– d’autre le rapproche du nom latin « Mirum Podium » (= qui regarde la montagne) car la ville fait face au massif de Tabe.

Une histoire

Le nom de Mirepoix est cité au Xème siècle dans une charte donnée aux habitants par Raymond Roger, comte de Foix.

Mirepoix, à la fin du XIIème siècle, est gagnée, comme une grande partie de la région, par le catharisme. En 1206 un grand concile cathare y est tenu.

En 1209, pendant la croisade contre les Albigeois , Simon de Montfort s’empare du château féodal. Il le donne à un de ses fidèles lieutenants, Guy de Levis qui devient maréchal de Mirepoix.

En 1279, la rupture du barrage de Puivert provoque une terrible inondation qui détruit la ville et n’épargne que le château.

En 1289, Guy de Lévis décide de rebâtir la ville sur la rive droite de l’Hers, sous forme de bastide, suivant deux axes perpendiculaires et avec une grande place centrale.

La cité prospère et en 1317, le pape Jean XXII en fait un évêché qui perdurera jusqu’en 1801.

En 1362, la ville est incendiée par des routiers (mercenaires); la partie sud est détruite ; une nouvelle enceinte fortifiées est construite, pourvue de quatre portes. Il n’en reste qu’une aujourd’hui : la Porte d’Aval

A voir dans la communes

Ancienne Cathédrale Saint-Maurice

En 1298 Jean de Lévis et sa femme Constance de Foix construisent la petite église Saint Maurice.

flickr.fr

Elle se transforme au cours du temps en une magnifique cathédrale ; sa nef unique mesure 48m de long, 24 m de haut et 22 m de large : sa largeur la place au 2ème rang européen après celle de Gérone en Espagne. On y pénètre par un portail gothique ; la flèche de son clocher s’élève à 60 m de haut.
Elle contenait de nombreux trésors que vandalisme et démolitions successifs ont détruits.
On peut encore y admirer un tabernacle et un christ en croix du XIVème siècle.

Le palais épiscopal

La partie bâtie par Philippe II de Lévis , au XVème siècle, dans le prolongement de la nef, abrite aujourd’hui le Musée du patrimoine et des traditions.
Le bâtiment perpendiculaire a été construit au XVIIème siècle sur la demande de l‘évêque Jean Boyer.

La maison des Consuls

Guy III de Lévis donne aux habitants, le 5 janvier 1274, le droit d’élire des consuls.
En 1500 les Consuls sont autorisés à bâtir leur maison sur le « solier » de la Maison de Justice.
Le 14 juin 1655, ils font l’acquisition d’une maison pour en faire un Hôtel de Ville ; elle fait fonction de tribunal, de salle de conseil et de prison.

flickr.fr

La poutre de façade, ou poitrail, est un cœur de chêne d’un seul tenant de près de 12 mètres de long et de plus de 60 cm d’épaisseur. 104 sculptures ornent les extrémités des sommiers (poutres perpendiculaires à la façade) et les piliers de soutènement.

Le pont

Sa construction est commencée en 1776.
Il est l’oeuvre de Jean Rodolphe Perronet, architecte du pont de la Concorde à Paris et du pont de Nantes. Long de 206 mètres, il comporte sept arches.
Proche du pont , se trouve un chêne vert, arbre vénérable de 800 ans !!

Le château de Terride

Ancien château de Mirepoix il a été pris par les croisés de Simon de Montfort en 1209 puis donné à Guy de Lévis.

fr.wikipedia.org

Il porte le nom de Terride depuis le XVIème siècle en vertu d’une convention conclue entre Jean de Lévis et Catherine-Ursule de Lomagne, qui lui apporta en dot la baronnie de Terride en Gimois (Lot-et-Garonne, commune de La Bourgade, où se trouve le château de Terride).

Outre ces sites à ne pas manquer, la visite de la ville, de ses maisons à colombages, de ses « couverts », de ses boutiques d’art est un excellent moment à passer à Mirepoix.

Aux environs

L’église rupestre de Notre Dame de Vals

A 15 minutes de Mirepoix , l’église Notre Dame de Vals offre sa construction particulière et de splendides fresques romanes.

flickr.fr

Construite pour sa partie basse dans la roche, ses soubassements remonteraient au Xème siècle.

L’édifice s’élève sur trois niveaux :

La nef inférieure construite dans la roche se prolonge par une abside qui abrite les fresques romanes. Elle est la partie la plus ancienne.

La nef supérieure a été remaniée à plusieurs époques et surélevée au XIXè siècle.

La chapelle haute dédiée à Saint Michel date du XIIème siècle. Elle est surmontée d’une tour-donjon du XIVème siècle. Une croix discoïdale provenant de l’ancien cimetière médiéval est fixée sur la tour .

Le château de Lagarde

A l’origine simple tour de garde construite au XIème siècle par Ramire Ier de Navarre, roi d’Aragon, la famille Lévis, de Mirepoix (voir ci dessus) en fait un château défensif au XIVème siècle.
Transformé en un magnifique palais d’agrément au XVIIème siècle, il est même surnommé au moment de sa gloire « le petit Versailles du Languedoc ».

flickr.fr

Laissé peu à peu l’abandon, il tombe en ruines après la Révolution.
Ses vestiges témoignent de son faste passé.

Camon

Ce petit village fortifié, niché dans les méandres de l’Hers, s’est construit autour d’une ancienne abbaye bénédictine qu’aurait fondé Charlemagne, à son retour d’Espagne, en 778.

fr.wikipedia.org

Camon est inscrit aux Plus beaux villages de France et a obtenu en 2014, le label national des villes et villages fleuris.

J’espère que cette rapide promenade vous a donné envie d’ aller à la rencontre de ces lieux…

Anne-Marie

Vous trouverez sur Occitanie….découvertes! d’autres informations concernant les coutumes, le langage, la gastronomie, les lieux pittoresques , les personnages célèbres de l’Occitanie.

Inscrivez vous dans le cadre réservé à cet effet; vous recevrez un email pour finaliser votre inscription et un second email pour télécharger le cadeau que je vous ai réservé « Premiers pas en Occitanie ».
Ainsi inscrit-e- vous serez automatiquement informé-e- de toutes parutions sur ce blog.

Précédent

Le foie gras, joyau de la gastronomie occitane

Suivant

Jean Jaurès, cet occitan célèbre

  1. Marielle

    Je prends toujours autant de plaisir à lire ces articles! Merci!
    Au fait, ne manquez pas la fête des roses à Camon, tous les ans, au mois de mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com