Jean Jaurès, cet occitan célèbre

fr.wikipedia.org

Jean Jaurès, figure de l’histoire de la gauche, fondateur du socialisme moderne, est l’un des plus célèbres occitans dont aujourd’hui tous les milieux politiques se réclament, à tort ou à raison.
Député, militant politique, tribun, écrivain, philosophe, journaliste mais surtout engagé, Jean Jaurès , républicain dans l’âme, a combattu, sa vie durant, l’injustice économique, l’hypocrisie sociale et la guerre.

Essayons rapidement dans cet article d’en faire un résumé :

– d’une jeunesse bourgeoise de province à l’Assemblée Nationale
– des combats généreux
– du journalisme au socialisme
– une fin tragique et une reconnaissance nationale

D’ une jeunesse bourgeoise de province à l’Assemblée Nationale

 

Origines

Jean Jaurès, (à l’état civil Auguste, Marie, Joseph, Jean, Léon), est né à Castres (Tarn) le 3 septembre 1859, rue Réclusane, dans la maison familiale de sa mère .

gallica.bnf.com

Son père Jules (1819-1882) est issu d’une famille paysanne qui a évolué vers la bourgeoisie provinciale ; il est le frère de deux amiraux et s’affiche légitimiste (favorable au retour de la royauté de l’aîné des capétiens de la Maison Bourbon).
Ayant fait de mauvaises affaires dans le commerce de drap il s’installe sur quelques hectares au domaine de la Fédial, près de Castres.
Sa mère Adélaïde Barbaza (1822-1906), issue d’une famille d’industriels du textile, est mère au foyer.
Jean Jaurès est l’aîné de deux garçons ; son frère Louis (1860-1937) sera amiral et député républicain socialiste.

Etudes

Jean Jaurès , élève brillant au Collège de Castres, est remarqué par un inspecteur général qui convainc ses parents de lui faire poursuivre des études. Ces derniers envisageaient pour lui une carrière dans l’Administration des Postes.

Il est lauréat au concours général en latin et cet inspecteur général lui obtient une bourse. Il poursuit alors sa scolarité au collège Sainte Barbe puis au lycée Louis Le Grand à Paris où il prépare l’entrée à l’Ecole Normale Supérieure (ENS).
Il est reçu 1er en 1878, en Philosophie à l’ENS devant le philosophe Henri Bergson, 3ème en 1881 à l’agrégation derrière Paul Lesbazailles et Henri Bergson.

Une carrière d’enseignant et une famille

A l’issue des ses études, Jean Jaurès revient « au pays » comme professeur au Lycée Lapérouse d’Albi (Tarn).
En 1882, il est maître de conférences à la faculté de lettres de Toulouse et donne également des cours de psychologie au lycée de jeunes filles.
Il épouse le 29 juin 1886, Louise Bois (1867-1931), fille d’un marchand de fromages en gros d’Albi. La famille Bois offre au couple le domaine de Bassoulet à Villefranche d’Albigeois, où il s’installera aussitôt.
Ils auront deux enfants : Madeleine et Paul ; ce dernier meurt pour la France le 3 juin 1918.

Des débuts en politique

Jean Jaurès débute en politique en 1885, en se présentant aux élections législatives comme candidat républicain pour le Tarn. Elu, il est le plus jeune député de France et siège à l’Assemblée dans le groupe des républicains « opportunistes » (nom donné sous la III ème république aux républicains modérés) où il soutient Jules Ferry.
Battus aux élections en 1889 dans la circonscription de Carmaux, il reprend son enseignement à la faculté de Toulouse, devient docteur ès lettres en 1892 après présentation en 1891 de deux thèses :« De la réalité du monde sensible » et en latin,selon l’usage de l’époque « De primis socialimi germanici lineamentis apud Lutherum, Kant, Fichte et Hegel » ( « Des origines du socialisme allemand chez Luther, Kant, Fichte et Hegel »).
Il continue simultanément son action politique en 1887 en écrivant des articles pour  la « Dépêche du Midi »,quotidien de tendance radicale  (l’actuelle« Dépêche du Midi »).
Il est élu conseiller municipal puis nommé maire adjoint à l’instruction publique à Toulouse de 1890 à 1893.

Des combats généreux

Une première réaction contre l’injustice

Il approuve le projet de loi sur l’enseignement supérieur présenté par Jules Ferry. L’article 7 vise à interdire l’enseignement aux membre d’une congrégation religieuse non autorisée.
Pour avoir fait connaître publiquement son désaccord avec cet article, un professeur catholique qui enseigne à l’ENS est suspendu par Jules Ferry.
Jean Jaurès s’insurge car il n’accepte pas que la défense de la laïcité soit transformée en mesures de répression à l’égard de catholiques qui, considère-t-il, ont droit à leur liberté de pensée. Il adresse une lettre de soutien à ce professeur qui sera publiée le 9 novembre 1880 dans le Figaro. C’est son premier engagement contre l’injustice.

Les grèves de Carmaux

En 1892, Jean Baptiste Calvignac, ouvrier mineur, dirigeant syndicaliste et socialiste est élu maire de Carmaux. Il est licencié pour les absences motivées par son mandat d’élu municipal. Considérant cela comme une remise en cause du suffrage universel et des droits de la classe ouvrière, les mineurs se mettent massivement en grève.
Le Président de la République Sadi Carnot envoie l’armée au nom de la liberté du travail .
Jean Jaurès, au côté de Georges Clémenceau soutient les gréves et accuse la République d’être aux mains de ministres qui favorisent le capitalisme et la finance.
Durant ces événements Jean Jaurès fait l’apprentissage de la lutte des classes et de républicain social, devient socialiste.

                                                                               memorial98.org
Sous la pression de Jean Jaurès et des grévistes, le gouvernement arbitre la crise et Jean Baptiste Calvignac est mis en congé illimité pour exercer ses fonctions municipales. Le député de la circonscription de Carmaux, Jérôme Ludovic de Solages, gendre du Président du Conseil d’Administration de la Compagnie des Mines, et membre de ce Conseil, démissionne de son siège. Cela provoque des élections anticipées en janvier 1893. Jean Jaurès se présente et est élu le 8 janvier 1893 en qualité de socialiste indépendant. Il le restera jusqu’à sa mort, à l’exception de la période de 1898 à 1902.

Il interviendra à nouveau pour défendre la grève des verriers de Carmaux en 1895 ; il propose la création d’une autre verrerie sous la forme d’une coopérative ouvrière qui est fondée en 1896 à Albi.

Des positions internationales et nationales

Après une vague d’attentats anarchistes, en 1893-1894, des lois sont proposées dans l‘urgence, limitant la liberté de la presse, favorisant la délation, et permettant une véritable chasse aux sorcières à travers des milliers de perquisitions et d’arrestations. Jean Jaurès proteste avec véhémence contre ces lois dites « lois scélérates ».

En 1896, Jean Jaurès s’insurge contre l’indifférence de la France et des puissances européennes face au massacre des Arméniens en Asie Mineure, dix neuf ans déjà avant le génocide arménien (1915).

En 1907, lors de la révolte des vignerons il prend parti pour ses compatriotes du Midi et s’oppose avec ardeur à Georges Clémenceau. Il encourage les « vignerons libres » de Maraussan, dans l’Hérault, à créer la première coopérative viticole.

L’affaire Dreyfus

Convaincu au départ de la culpabilité de Dreyfus, avec un avis à la limite de l’antisémitisme, Jean Jaurès reste en retrait au début du premier procès en révision.
La position d’Emile Zola dans « J’accuse », le fera pas changer d’avis… ce n’est que lorsque sont révélées les fausses preuves que Jaurès s’engage avec passion dans la défense de Dreyfus. Il y voit, outre un problème de justice individuelle, un manque de respect de l’humanité. Il s’oppose même au socialiste Jules Guesde dans ce combat.

Son pacifisme

Préoccupé par la montée des nationalismes et par les rivalités des grandes puissances, il rédige une proposition de loi préconisant une défense nationale fondée sur la préparation militaire de l’ensemble de la nation. Il s’oppose à une armée de caserne et à la loi des trois ans du service militaire. A l’approche de la guerre, il tentera de s’opposer à son déclenchement. Ses positions pacifistes entraîneront le 31 juillet 1914 son assassinat par un nationaliste .

Journalisme et socialisme

Le journalisme

                                                                    jaures.eu

De ses écrits dans la Dépêche à la fondation de l’Humanité en 1904, les textes de Jaurès sont nombreux et variés:

– politiques pour la défense de la République, de la classe ouvrière, du socialisme,

-philosophiques sur la dialectique entre réforme et révolution,

– littéraires encourageant de jeunes talents sus le pseudonyme Le Liseur.

Jean Jaurès est un infatigable écrivain.

lepoint.fr

Le socialisme

Le socialisme de Jaurès est qualifié d’humaniste. Il prend dans le marxisme l’idée du danger de la concentration capitaliste, la théorie de la valeur et la nécessité de l’unité du prolétariat mais fait référence à  la Déclaration des Droits de l’Homme et à la Révolution Française.
Il a le souhait d’une démocratie sociale apaisée grâce à l’égalité et aux nouveaux droits conquis par les ouvriers.

Son idéal reste celui de la paix sociale car il croit que la République peut être facteur d’intégration.
En 1902 il participe à la fondation du Parti Socialiste Français.

Une fin tragique et une reconnaissance nationale

Convaincu que la guerre peut être évitée, il condamne l’alliance avec la Russie despotique et privilégie l’alliance avec l’Angleterre. Il usera de toutes ses forces pour éviter la guerre, en vain.

Jean Jaurès est abattu de deux balles à bout portant le 3 juillet 1914 par un étudiant nationaliste, Raoul Villain, un rémois  de 29 ans, étudiant en archéologie, adhérent de la  Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine, groupement d’étudiants nationalistes, partisans de la guerre et proche de l’Action Française. Il est arrêté et déclare avoir agi en solitaire pour « supprimer un ennemi de son pays »
A l’issue de la Grande Guerre et de ses massacres, reconnaissant ses qualités de pacifistes de nombreuses communes donnent son nom à des rues, place, écoles, collèges, lycées.

encyclopedia.1914-1948-online

Le 23 novembre 1924 sa dépouille est transportée au Panthéon.

 

Anne-Marie

J’espère que cet article qui résume la vie de cet occitan célèbre vous a plu .
Les personnages plus ou moins connus de notre région sont nombreux.Vous trouverez régulièrement sur ce blog des articles qui vous les présenteront.

N’hésitez pas à apporter vos commentaires et à vous inscrire sur ce blog.
Pour cela dans le cadre, à droite de cet écran, notez votre prénom, votre email, votre code postal et cliquez sur « je m’inscris ».
Vous recevrez un email de confirmation de votre inscription.
Dans cet email cliquez sur la mention « finaliser mon inscription ». Un second email vous permettra de télécharger l’ebook « Premiers pas en Occitanie ».
Tout cela est gratuit.
Votre inscription vous permettra d’être informé de chaque nouvelle parution sur le blog « Occitanie…découvertes ! »