Du projet de mariage aux fiançailles

Le mariage, qu’il soit civil, religieux, tient une place non négligeable dans nos coutumes ; son évolution dans le temps s’est adaptée à celle de notre société et de nos cultures ; ses particularités régionales se sont peu à peu fondues dans la tradition nationale…

Le sujet a lui seul est très riche ; afin de ne pas vous lasser, je vous le présenterai sur deux articles, dans la rubrique coutumes.

Dans cet article, nous abordons une première partie qui va de la phase initiale à la formalisation du projet de mariage :

– la demande en mariage

– les fiançailles

– la partie administrative du projet

– aujourd’hui

La demande en mariage

Le choix des époux et la demande

À l’origine, le choix des futurs époux a lieu sans eux : il se fait entre les pères qui décident de la dot et lorsqu’ils tombent d’accord s’assurent (ou pas…) du consentement des intéressés…

Plus tard, lorsque le père de la fille se rend compte de l’intérêt que lui porte un garçon du village, il se rend auprès du père de ce dernier pour s’assurer de ses intentions. Si elles s’avèrent louables, les deux pères, autour d’un verre, vont échanger sur la part de leurs fortunes qu’ils réservent à leurs enfants.

Par ailleurs, en zone rurale, et encore plus en zone de montagne, plus pauvre, cette union à venir est prise très au sérieux car l’avenir des familles en dépend. Ainsi chaque partie se renseigne sur les qualités des époux, leur santé et leur vigueur, les tares éventuelles dans la famille, leur courage au labeur, l’état de leurs biens, la santé de leur bétail…

demande en mariage;occitanie;

wikipedia.org

De longues discussions vont s’échanger ensuite pour définir les termes du contrat : composition des terres affectées à chacun, des pièces du trousseau, de la dot…

Il faut attendre le XVIIIème siècle pour voir des mariages par libre consentement et par amour.

Les états-civils étant tenu par l’Église, le mariage est essentiellement religieux jusqu’en 1792, date à laquelle est instauré le mariage civil, qui, de plus, devient un préalable obligatoire au mariage religieux.

Des traditions locales

Dans un village du Val d’Azun, dans le Haut-Lavedan, Arrens-Marsous (Hautes-Pyrénées), a lieu « la course des fiancés » : il est demandé au futur gendre d’aller à pied à Sallent de Gallego, de l’autre côté de la frontière espagnole (près de 70 km) et d’en ramener un sac de sel, dans la journée, pour prouver sa bonne santé physique nécessaire au travail de la ferme !

Avec le renouveau des traditions, dans un but touristique, une course à pied, avec la participation des deux villages, est organisée au mois d’août : la carrera de los novios (la route des fiancés).

En Ariège, le futur époux doit rencontrer, une chèvre, une cigale, un martinet, entendre l’orage, croiser un sanglier, un lièvre et un serpent, un borgne et une femme enceinte, le tout sans trébucher et sans éternuer, sinon cela est un mauvais présage pour le mariage. La légende ne dit pas en combien de temps…

A Albi (Tarn) pour le protéger du mauvais sort il faut glisser un grain de sel dans la poche du fiancé à son insu…

Les jeunes femmes qui souhaitent se marier très vite font escale à Saint-Hippolyte (Tarn) pour boire l’eau de la fontaine qui leur assure un prochain mariage…

Selon les superstitions, en Aveyron, attention ! Une jeune femme ne doit pas marcher sur la queue d’un chat noir au risque de ne jamais trouver époux !!!

Les fiançailles

La rencontre des familles

Les accords entendus, les familles se rencontrent le jour des fiançailles, officialisant ainsi la demande. C’est généralement la famille de la fiancée qui invite ; la famille du fiancé rendra, éventuellement, l’invitation ultérieurement mais de manière moins officielle.

Les échanges

A l’origine, après que les pères soient tombés d’accord, le fiancé verse des arrhes à la fiancée, puis lui offre un anneau de fer qu’elle porte au second doigt de la main gauche : le pronobum.

Au Moyen-Age les fiancés échangent de simples anneaux.

bague de fiançailles;occitanie; mariage;pinterest.fr

Plus tard, le jour des fiançailles, le fiancé offre à sa promise la fameuse bague de fiançailles, bijou qu’elle arbore avec fierté ! Elle est le symbole de l’amour que lui porte le fiancé et de sa fidélité future…Elle est souvent constituée d’un ou plusieurs diamants ou pierres précieuses selon les moyens du fiancé et/ou de sa famille. En échange, il est de bon aloi que la fiancée fasse un cadeau à son futur, généralement une chevalière ou une montre…

Le temps des fiançailles

Dans la Rome antique, le mariage devenait la priorité des familles et suivait rapidement les fiançailles.

Plus traditionnellement, ultérieurement, la période des fiançailles dure de 6 mois à 2 ans…Cette période permet au couple de mieux se connaître, de se « tester » et de préparer le mariage.

Les formalités

Quelques rapides rappels historiques

Jusqu’au Moyen-Âge, en France, les individus sont identifiés par relation interpersonnelle, connaissance l’un de l’autre par un parent, un proche, un voisin… et reconnaissance seulement orale.

A partir des conciles de Latran (1215) et de Trente (1563), l’Église se préoccupe de l’enregistrement (à travers les baptêmes), des mariages et des sépultures et en tient registre.

Les registres paroissiaux, précurseurs de l’État civil, servent de preuves. Ce n’est qu’à partir de l’Ordonnance de Villers-Cotterêt signée en 1539 par François Ier qu’advient l’obligation d’enregistrement des baptêmes ; elle est suivie en 1579 par l’ordonnance de Blois qui rend obligatoire la tenue de registre de baptêmes, mariages et sépultures.

registres paroissiaux;etat civil;occitanie;wikipedia.org

Il faut attendre le décret de l’Assemblée législative du 20 septembre 1792 pour que la gestion de l’Etat-cvil soit confiée aux officiers d’état-civil des communes, levant ainsi tout lien obligatoire des enregistrements des naissances, mariages et décès avec un acte religieux.

La publication des bans

Les conciles de Latran et de Trente cités ci-dessus, rendent la publication des futurs mariages obligatoires les deux dimanches précédents la date prévue . L’objectif est d’éviter tous liens de consanguinité, de mariages multiples, etc.. « tout empêchement d’ordre canonique ou civil » .

Le droit civil poursuit cette obligation : les bans doivent être affichés sur un panneau réservé à cet usage, dans les mairies d’origine et de résidence de chacun des époux, pendant au moins les dix jours qui précèdent le mariage.

Le contrat de mariage

Le contrat de mariage , bien que non obligatoire, est un acte juridique écrit qui détermine le statut et le sort des biens des époux pendant le mariage et jusqu’à sa dissolution.

Il a longtemps été un acte préalable au mariage, quelle que soit la condition sociale des époux.

Le code civil a précisé les obligations des époux l’un envers l’autre, instaurant un statut de base. Le droit matrimonial s’est constitué en définissant divers types de contrats matrimoniaux.

contrat de mariage;occitanie;fiançailles;

wikipedia.org

Les témoins

La désignation de témoins pour le mariage est historique. Afin d’éviter les mariages clandestins et les procès qui en découlaient, le Concile de Trente en 1563 précise que pour être valide un mariage nécessite la présence d’un curé et de deux ou trois témoins. La déclaration royale du 26 décembre 1639, précise que « à la célébration du mariage assisteront quatre témoins dignes de foi outre le curé qui recevra le consentement des parties » et celle d’avril 1736 ajoute qu’ils doivent savoir lire et écrire.

La Révolution française et la laïcisation de l’état civil en septembre 1792, qui crée le mariage civil en France, ajoute que les femmes sont autorisées à témoigner mais le Code civil napoléonien et le décret du 11 mars 1903 supprime ce droit et prescrit pour les mariages civils (seuls valides en droit) la présence de quatre témoins, de sexe masculin, majeurs (c’est-à-dire ayant au moins 21 ans), apparentés ou non.

Ce n’est que vers la fin du XIXème siècle que les femmes retrouvent la possibilité de témoigner.

Le témoin de mariage est une personne dont la présence est nécessaire à la célébration d’un mariage. Par sa présence et sa signature il assure que les informations de l’époux dont il est le témoin sont véridiques.

Les témoins participent avec les futurs époux à l’organisation de la fête du mariage dont je vous parlerai plus en détail dans le prochain article de la catégorie « coutumes », dans cinq semaines.

Et aujourd’hui

La demande en mariage

demande en mariage;fiançailles;wikipedia.org

Aujourd’hui, dans notre pays et dans notre région, la demande en mariage est l’affaire des seuls fiancés. Elle a souvent pris un style plus romantique et concourt parfois même en originalité : demande par affichage, par vidéo sur Youtube, etc…

Les fiançailles

Après une période où elles sont passées de mode, les fiançailles reviennent au goût du jour, moins formelles et avec un cérémonial plus léger ; les familles se retrouvent, pour se connaître, autour d’un repas, souvent chez les parents de la fiancée.

La bague de fiançailles garde son statut de témoignage d’un engagement vers une prochaine union même si cette dernière est déjà consommée et que les fiancés partagent une vie commune…

Comme je vous l’ai annoncé cet article aura une suite avec pour sujet le mariage.

J’espère qu’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions ; faites connaître ce blog autour de vous !

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous et vous recevrez personnellement, en plus, mes « billets hebdomadaires ».

JE M’INSCRIS

Sources

http://www.unidyl.com/

https://www.zankyou.fr/

https://fr.aleteia.org/

https://www.signe-edith.com/coutumes-francaises-mariage/

https://www.mariages.net/