Occitanie...découvertes

Pas à pas…découvrez les coutumes…entrez dans les spécificités de cette région…pour la découvrir et l'aimer.

bouvine;taureau;camargue;occitanie;

Férias et fêtes votives sont d’actualité

Férias et fêtes votives sont d’actualité

Les férias et fêtes votives succèdent aux carnavals et la fête occitane se poursuit!

Dès l’arrivée des beaux jours, dans la continuité des festivités carnavalesques, les férias et les fêtes votives animent villes et villages d’Occitanie, avec plus ou moins d’ampleur et de durée :

– de Vauvert à Condom, de Nîmes à Béziers, en passant par Alès, Carcassonne, Vic- Fezensac et d’autres encore pour les Férias ;

– dans les petits villages pour les fêtes votives .

                         Fête foraine  (midlibre.fr)

Selon coutumes locales et traditions, avec ou sans vaches, aux sons des bandas ou des penas…. l’Occitanie est en fête !

La Région y a même ajouté un programme qui mélange traditions, cultures et festivals :Total Festum !

Dans cet article je vous en fais découvrir 4 aspects :

Fêtes votives ou Férias

– Penas et bandas

– Vaches et taureaux

– Courses et corridas

Férias ou fêtes votives

Les fêtes votives sont organisées dans les villages ; autrefois appelées fêtes patronales, elles rendaient hommages au saint patron du lieu et avaient une connotation religieuse. Désormais elles sont souvent organisées par des associations de bénévoles , jeunes ou moins jeunes, avec le soutien municipal.

Elles s’étalent pendant tout l’été et attirent la jeunesse des communes environnantes. Par le passé , ces festivités, selon leurs dates, marquaient soit une trêve dans les gros travaux des champs, soit la joie des premières récoltes.

                                                                                                  flickr.fr

Traditionnellement, elles s’accompagnent d’une fête foraine, d’un repas pris en commun sur la place publique, de concours de pétanques ou de quilles, d’un bal populaire en fin d’après midi et en soirée (« balèti »).

Parfois le dimanche matin, les jeunes du village sillonnent les rues, frappent aux portes en proposant une brioche (la fougasse)contre un don : ils font le fougasset

A l’origine le mot féria désigne une foire, souvent une foire commerciale qui donne lieu à une fête locale.

A la fin du XIXème siècle dans le Sud Ouest, le mot féria est aussi utilisé pour les courses de vaches ou de taureaux qui accompagnent les foires et marchés.

La popularité du mot féria le substituera à celui de foire.

Certaines férias ont une grande renommée : les férias de Pentecôte et des Vendanges à Nîmes, et la féria du 15 août à Béziers sont les plus grandes de France et attirent plus d’un million de visiteurs.

Alès (le dimanche suivant l’Ascension), Bezonnes (Aveyron),Carcassonne, Limouxv(Aude),Condom, Eauze,Vic- Fesenzac( Gers),  Mauguio ( appelée La Romeria, elle transforme la ville en cité andalouse pendant plusieurs jours!), Palavas les Flots ( Feria de la Mer) (Hérault),Pezilla de la Rivière,Ceret, Collioure (Pyrénées Orientales) sont autant de férias en Occitanie.

ville-beziers.fr

Les programmes des férias se déroulent toujours en 3 temps : ouverture officielle par les édiles de la ville ( avec parfois remise symbolique des clés de la ville), journées thématiques et nuits festives, clôture officielle.

Pendant plusieurs jours jeunes et moins jeunes, appelés « festaïres »,font la fête dans toutes les rues de la ville , de jour comme de nuit ;

De « bodegas en bodegas » ( tavernes spécifiques au moment de la féria), de cafés en restaurants, de déambulations apéritives en dîners plus familiaux, accompagnés de la musiques des nombreuses penas ou bandas, ils mènent grand bruit

Penas et bandas

Les bandas ou penas, selon les lieux, sont des fanfares ambulantes. Elles ont pour rôle d’animer les rues, d’accompagner les défilés dans les ferias et les fêtes votives.

Professionnelles ou composées de musiciens amateurs , elles se composent de trompettes, saxophones, tubas, trombones, clarinettes, flûtes picolos, percussions, cymbales, tambours, caisses claires et grosses caisses.

Elles accompagnent les festaïres de bodega en bodega.

Elles interviennent dans les manifestations tauromachiques, à des moments précis avec des morceaux de musiques appropriés et spécifiques.

loucamarguenportiragnais.blogspot.fr

Dans les courses landaises , elles accompagnent chaque mouvement des « coursaïres » : elles ouvrent et clôturent la course par « la Marche Cazéenne », spécialement composée pour ce moment.

Pour les courses camarguaises, la capelado (défilé d’entrée des raseteurs), se fait sur l’air d’ouverture de Carmen ; l’arrivée du taureau dans l’arène est annoncée par une sonnerie de trompette jouant « l’èr di biou » (l’air du taureau).

Pour les corridas, l’entrée des « acteurs », « le paseo » est traditionnellement accompagné du refrain des Couplets du toréador de Carmen. En cours de déroulement des musiques accompagnent le jeu des « acteurs »comme une récompense ; il s’agit essentiellement de musique espagnole, « jota », valse, « paso dobles ».

A Ceret , l’ensemble musical est appelé « cobla » et joue des sardanes , des valses et des « paso dobles ».

Vaches et taureaux

Vaches et taureaux sont les acteurs incontournables des férias et, selon les lieux, des fêtes votives.

Dans le Bas – Languedoc, ils sont de la fête dans les rues.

Ils arrivent des prés (ou des camions qui les ont emmenés à l’entrée du village) et parcourent les rues pour rejoindre le corral, attenant aux arènes, encadrés par des gardians à cheval. C’est « l’abrivado ».

Le retour des arènes vers les prés se déroule de la même façon : c’est « la bandido ».

Des lâchers de taureaux ont aussi lieu dans les rues, sur un parcours fermé, autrefois par des balles de pailles, aujourd’hui par de solides barrières. Les spectateurs, protégés par ces barrières, admirent cette courses et s’amusent des prestations des jeunes téméraires (ou inconscients?) du village, appelés les « attrapaïres » qui essaient d’ attraper les taureaux par la queue ou par les cornes…C’est « l’encierro » (enfermement). Depuis plusieurs années, s’y ajoute une activité très prisée par les jeunes : le toro piscine! Une jeune vache est lâchée dans un espace clos et les jeunes la poursuivent, ayant pour seul échappatoire lorsqu’elle les charge de sauter dans une petite piscine!

midi-libre.fr

Les courses landaises se pratiquent avec des femelles de taureaux de corrida exclusivement et non des taureaux. Ce sont des vaches espagnoles, de combat, appelées « coursières »,élevées par des ganaderos. Elles pèsent entre 300 et 400 kg, commencent les courses vers l’age de trois ans , jusqu’à environ 13 ans. Elles sont cotées en fonction de leurs qualités combatives.

sudouest.fr

Les courses camarguaises font appel à des taureaux de race Camargue, aux grandes cornes relevées en forme de lyre. Appelés cocardiers ou « biou » (bœuf), ce sont des taureaux castrés à un an (anouble) qui pèsent entre 250 et 300 kg. Ils sont élevés à l’état sauvage, dans des manades, et encadré par des gardians. Ils vivent sur des pâturages d’eau saumâtre.Leur agilité, leur brio et leur intelligence en font les rois des courses camarguaises.

ot-aiguesmortes.com

Courses et corridas

Courses landaises, courses camarguaises, corridas espagnoles, corridas portugaises font parties de ces fêtes et ferias…

Chacunes ont leurs règles et leurs traditions ; une différence notoire distingue courses et corridas : dans les premières l’animal est le le grand gagnant de la fête, dans les secondes il sacrifie sa vie.

Je vais résumer ci après les caractéristiques de chacunes mais je ne prendrai en aucun cas part au débat corrida/anticorrida. Je vous remercie d’avance de ne pas utiliser les commentaires ci dessous pour alimenter ce débat : ce n’est pas l‘objet de cet article et encore moins de ce blog.

Toutes se pratiquent dans des arènes.

Les courses landaises et camarguaises sont considérées comme des sports, par le Ministère de la Santé et des Sports et gérées par des Fédérations spécifiques.

Les courses landaises

Gérées par la Fédération Française de la Course Landaise, pratiquées essentiellement dans les Landes, les Pyrénées Atlantiques ( région Nouvelle Aquitaine) et les Hautes Pyrénées et le Gers (région Occitanie), elles appartiennent à la tradition tauromachique et au patrimoine culturel gascon.

Comme précisé précédemment, elles se pratiquent avec des vaches espagnoles, de combat, appelées « coursières »,élevées par des ganaderos (éleveurs de bétails), pesant entre 300 et 400 kg, Ces vaches sont cotées en fonction de leurs qualités combatives.

Chaque élevage (ganaderia) possède son équipe (cuadrilla) de coursaïres et ses couleurs.

Outre la vache, les « acteurs » de la course landaise sont :

– le cordier (courdaïre)et deux entraîneurs, habillés de blanc, placent la bête.

– les écarteurs, vêtus de boléros, attendent la vache et l’esquivent au dernier moment par un écart.

france-voyage.com

– les sauteurs, habillés de blanc, attendent la vache et exécutent un saut au dessus d’elle

france-voyage.com

La course débute toujours par le paseo (défilé des écarteurs) au son de la Marche Cazérienne.

Hommes et animaux sont notés selon des règles bien précises par un jury officiel.

Les courses camarguaises

Gérées par la Fédération Française de la Course Camarguaise, pratiquées essentiellement dans le Gard, l’Hérault (région Occitanie), une partie des Bouches du Rhône et quelques communes du Vaucluse( région Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Comme cité précédemment, les courses camarguaises font appel à des taureaux de race Camargue, appelés cocardiers ou « biou » (bœuf), pesant entre 250 et 300 kg, élevés à l’état sauvage, dans des manades, sur des pâturages d’eau saumâtre. Ils sont côtés en fonction de leur agilité, leur brio et leur intelligence .

Le taureau est équipé de trois attributs, éléments clefs de la course, qui doivent être enlevés , dans l’ordre, par les raseteurs .

flickr.com

 

Outre le taureau, les « acteurs» de la course camarguaises sont :

– les raseteurs, professionnels ou amateurs, affrontent le taureau pour enlever les attributs primés dont il a été équipé. Ils sont vêtus de blanc et leur nom est inscrit en noir sur leur tee shirt.

– les tourneurs sont d’anciens raseteurs chargés de placer ou rabattre l’animal ; ils sont vêtus de blanc et leur nom est inscrit en rouge sur leur tee shirt.

Les raseteurs sont munis d’un crochet , sorte de peigne métallique, qui leur permet d’arracher les attributs placés sur la tête du taureau.

weblettres.com

 

Les attributs primés sont

-la cocarde, ruban rouge, attaché à l’aide d’une ficelle au centre du front du taureau

deux glands, pompons de laine blanche, accrochés par un cordon à la base de chaque corne

la ficelle enroulée autour de la corne avec un nombre de tours déterminé par le classement du taureau.

carcabin.com

Les attributs ont une valeur pécuniaire mais aussi de points et doivent être récupérés dans l’ordre.

La course débute toujours par la capelado (défilé des raseteurs accompagnés de jeunes femmes en costume d’arlésienne) sur l’air d’ouverture de Carmen.

L’arrivée du taureau dans l’arène est annoncée par une sonnerie de trompette jouant L’er du biou.

Hommes et animaux sont notés selon des règles bien précises par un jury officiel.

Le meilleur cocardier de la saison remporte chaque année un prix : le Biou d’Or qui fait la fierté de sa manade !!

Il est à noter que cette consécration et cette considération du taureau de Camargue n’empêchent pas un grand nombre d’amateurs de courses camarguaises d’être de fervents aficionados de corridas avec mise à mort….

Les corridas espagnoles et portugaises

La corrida est un combat entre un homme, le matador, et un taureau, à l’issue duquel ce dernier est mis à mort ou exceptionnellement, gracié.

Spectacle tauromachique, elle est issue d’une longue tradition qui remonte à la première moitié du XVIIIème siècle.

Considérée par les aficionados et un grand nombre d’historiens comme un art, elle a inspiré de nombreux peintres, écrivains, compositeurs ou cinéastes.

Elle se déroule selon un rituel et des modalités bien définies.

La corrida espagnole, après le paseo, défilé d’entrée des participants, se déroule en trois temps (tercio-tiers) :

– le tercio de pique : les picadors affrontent le taureau avec de longues pique pour l’affaiblir et évaluer son comportement

– le tercio de banderilles (bâtons terminés par un harpon, recouvert de papiers de couleurs) : les banderilleros et le matador,plantent des banderilles dans le dos du taureau

– le dernier tercio est celui de la mise à mort ; le matador après une faena (série de passes exécutées avec sa cape , la muleta) donne l’estocade avec son épée.

paysdesgaves.com

La corrida portugaise présente deux différences essentielles avec la précédente : elle se pratique à cheval et la mise à mort ne se déroule pas dans l’arène ; le taureau est ramené au toril puis à l’abattoir

J’espère que cet article vous a plu.

Les férias, les fêtes votives animent les villages occitans du printemps à l’automne N’hésitez pas à vous y rendre. Soyez prudents avec les vaches et respectez bien les consignes de sécurité.

Si cet article vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions

Inscrivez vous dans le cadre réservé à cet effet; vous recevrez un e-mail pour finaliser votre inscription et un second pour télécharger le cadeau que je vous ai réservé « Premiers pas en Occitanie ».

Ainsi inscrit(e) vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et recevrez personnellement mes « billets hebdomadaires ».

 

 

Précédent

Le tambourin, un sport occitan très localisé.

Suivant

Le melon, fruit ou légume?

  1. florence bibal

    Merci pour cet article mais ce sont des coutumes qui se déroulent dans les villages et non à Montpellier faute d’arènes. C’est bien dommage!
    Heureusement, j’ai un ami melgorien de souche qui m’a tout appris sur les fêtes votives, les courses camarguaises. Très nouveau pour moi.

  2. Daubeze

    Merci pour ce rappel historique de nos belles fêtes et pour notre culture Occitane.

    • merci de votre commentaire. N’hésitez pas à vous inscrire sur le site (voir formulaire), vous serez ainsi avisé(e) de chaque parution sur le site mais aussi recevrez personnellement par mail mon billet hebdomadaire. Bonne journée; Anne-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén