Occitanie...découvertes

Pas à pas…découvrez les coutumes…entrez dans les spécificités de cette région…pour la découvrir et l'aimer.

Claude Nougaro, le « petit taureau » toulousain

Claude Nougaro, le « petit taureau » toulousain

claude nougaro

pinterest.com

Tout le monde connaît Claude Nougaro et son amour pour sa ville natale.

En effet, celui qu’on surnomme affectueusement le « petit taureau » a deux passions : le jazz et Toulouse.

Artiste complet, du jazz à la java, pionnier dans l’introduction des influences brésiliennes , il écrit, compose, chante avec la voix puissante héritée de son père.

Cet article est une rapide évocation de ce jongleur de mots aux talents multiples qui a si bien chanté la capitale de notre région.

Résumer sa vie et son œuvre rapidement n’est pas facile .

Je vais cependant l’oser à travers

– sa jeunesse

– des débuts difficiles

– ses succès

Sa jeunesse

Ses premières années

Claude Nougaro naît à Toulouse le 9 septembre 1929, 56 boulevard d’Arcole, dans les bras de sa grand-mère paternelle Cécile, sage-femme.

maison natale claude nougaro                                                                      flickr.com

La musique est déjà au rendez vous :

– son père Pierre est chanteur d’opéra ; il sera 1er baryton à l’Opéra de Paris

– sa mère Liette Tellini, italienne, est professeur de piano et 1er prix de piano.

– son grand-père paternel, Alexandre, est planton au Capitole de Toulouse

– sa grand-mère paternelle Cécile chante dans une chorale.

Ses parents souvent absents, en tournées, de par leurs métiers, Claude Nougaro grandit avec ses grands parents paternels, dans le quartier populaire des Minimes.

A 12 ans il est déjà fan de Glenn Miller, Bassie Smith, Louis Amstrong qu’il écoute à la radio.

Sa scolarité

La vie nomade de ses parents et son faible intérêt pour l’école ont pour résultat une scolarité très « hachée », d’un collège à l’autre, de renvois en fugues……

Il et en 6 ème au lycée Rollin à Paris.

De 1944 à 1947, il revient dans la région et est pensionnaire à la sévère abbaye de Sorèze (Tarn). Il poursuit au collège de Vence (Alpes-Maritimes) puis au collège de Cusset près de Vichy (Allier). En 1947 il échoue au baccalauréat et arrête sa scolarité

Ses débuts dans l’écriture

Après cet échec, Claude Nougaro s’essaie au journalisme en devenant pigiste pour « Le journal des curistes » de Vichy.

En 1949 il est appelé au service militaire à Rabat (Maroc) ; il y reste 18 mois dont 10 au cachot….

A l’issue de cette période, il écrit pour la « Dépêche de Constantine » et «L’Echo d’Alger » en Algérie.

Des débuts difficiles

Le parolier

Il revient à Paris, avenue des Ternes, où ses parents se sont installés.

En 1952, il rencontre le poète Jacques Audiberti ; il écrit des poèmes et des chansons pour Marcel Amont (Le barbier de Séville, Le balayeur du Roi), pour Philippe Clay (Joseph, La sentinelle), pour Edith Piaf (Méphisto, Le sentier de la guerre).

Il fait la connaissance de Georges Brassens Georges Brassens qui devient son ami et son mentor.

Pour vivre, Claude Nougaro récite des poèmes dans des cabarets.

Le chanteur

En 1958, il parvient à vaincre sa timidité et décide de chanter ses propres titres ; il édite un premier album, avec son ami et complice Michel Legrand, sans grand succès.

Il chante dans les cabarets , au Lapin Agile, à la Tête de l’Art, au Liberty’s, au Zèbre.

le lapin agile                                                                                        lemonde.fr

Simultanément il poursuit sa carrière de parolier pour Jacqueline François, Philippe Clay, Marcel Amont….

Ses succès

La chance tourne

En 1962 il épouse Sylvie rencontrée au Lapin Agile et ils ont une fille Cécile. Avec son ami Michel Legrand il enregistre un nouveau disque chez Philips : « Une petite fille » et « le jazz et la java » entre autres, sont un succès. En 1963 « Cécile, ma fille » confirme cette réussite.

                                                                                         pinterest.fr

Un accident de voiture le contraint à l’immobilisation pendant plusieurs mois et c’est sur des béquilles qu’il présente son premier spectacle à l’Olympia.

Le succès

En 1965 , Claude Nougaro rencontre le pianiste de jazz Maurice Vander qui l’accompagnera durant toute sa carrière.

C’est aussi l’année de « Amstrong », « Sing,sing,song » ; deux ans plus tard l’hommage à sa ville natale « Toulouse » sera un succès.

flickr.com

Il collabore aussi avec d’autres grands noms de la musique.

Il enchaîne les succès : « Tu verras », ‘ »L’île de Ré », « Petit taureau ».

Les voyages

Un voyage au Brésil lui permet de rencontrer le guitariste Baden Powell de Aquino avec qui il se lie d’amitié.

Les années 70 vont entraîner Claude Nougaro vers le Brésil et l’Afrique qui influencent son répertoire. « Tu verras », un de ses grands succès est adapté d’une chanson brésilienne de Chico Buarque. Son album « Locomotive » est entièrement tourné vers l’Afrique.

Alliant jazz, bossa nova,rumba, java, le tout avec l’accent occitan, il poursuit son succès de chanteur du monde !

Un creux de vague, New York et la consécration

Au début des années 80, Claude Nougaro change de musiciens et sort trois nouveaux albums chez Barclay : « Chansons nettes », «  Ami chemin » et « Bleu blanc blues ».

La maison de disques se sépare de lui estimant qu’il ne génère plus assez de ventes.

Il part se ressourcer aux États-Unis d’où il revient en 1987 avec l’album « Nougayork » qui fait un tabac !

nougayork
sendflowers4.info

En 1988 la consécration est là avec deux Victoires de la Musique, pour le meilleur artiste et pour le meilleur album.

La maladie mais le succès résiste

En 1991 il retrouve son pianiste et complice Maurice Vander et sort un album intimiste « Une voix, dix doigts ».

Mais la maladie frappe à la porte de Claude Nougaro et l’oblige à prendre du recul.

Bien que diminué, il anime le Casino de Paris sur un rythme jazzy.

claude nougaropinterest.fr

Il reprend la route du succès en 2000 avec l’album « Embarquement immédiat ». Malgré la fatigue et contre les avis de ses médecins, il multiplie tournées, concerts et festivals où le public lui fait toujours un triomphe.

Le rideau tombe

L’année 2003 est marquée par de nombreuses hospitalisations et annulations de spectacles consécutives à un cancer du pancréas.

Hospitalisé à Paris début 2004, il demande à regagner Toulouse où il s’éteint, à 73 ans, le 4 mars 2004.

statue claude nougaro toulouse

flickriver.com

La voix du « petit taureau » de Toulouse s’est tue et la ville rose est orpheline de l’enfant du pays qui avait si bien su la chanter.

Ses obsèques sont célébrées à la cathédrale Saint Sernin dont le carillon joue les notes de sa chanson « Toulouse ». Ses cendres sont dispersées dans la Garonne.

J’espère que cet article vous a remémoré quelques souvenirs liés à ce « jongleur de mots et cracheur de swing » et que vous l’apercevrez avec bonheur sur « l’écran noir de vos nuits blanches ».

Si cet article vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions ; faites connaître ce blog autour de vous !

Si ce n’est déjà fait, inscrivez vous JE M’INSCRIS et vous recevrez personnellement, en plus,mes « billets hebdomadaires » .

Précédent

Le canal du Midi, l’idée folle d’un Occitan

Suivant

Se canto…hymne de l’Occitanie

  1. Bonjour Anne-Marie,

    Merci pour votre site et votre livre. En tant que professeur de français langue étrangère à Montpellier, je pense pouvoir travailler avec mes étudiants adultes sur des textes ou recettes pour allier plaisir d’apprendre la langue française et joie de découvrir les us et coutumes de la région Occitanie.

    • Merci Anne-Elisabeth pour cet aimable commentaire.
      Je suis contente de pouvoir vous apporter un plus dans vote mission.
      Bien cordialement
      Anne-Marie

  2. Ollivier

    Bonjour et Merci pour ce bel article.
    J’aime bien en plus de la statue, la magnifique peinture qui le représente, accompagnée d’autres personnages ou scènes de l’histoire Toulousaine, au plafond des colonnades en face du Capitole.
    Impossible de ne pas admirer la Garonne sans que vienne en tête 🎶: »moi mon océan c’est une Garonne, qui s’étire comme un tapis roulant » 🎶

    • Merci Pierrette pour votre appréciation et ce complément!
      J’espère que vous apprécierez aussi mes autres articles!
      A bientôt
      Anne-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén