Pas à pas...découvrez les coutumes...entrez dans les spécificités de cette région...pour la découvrir et l'aimer.

La Chandeleur

La Chandeleur

La chandeleur se fête le 2 février et ce jour là, il est de tradition de faire des crêpes. Même si on confectionne et on mange des crêpes toute l’année, revenons dans cet article sur cette tradition :

  • des origines païennes diverses à la fête chrétienne

  • une tradition et des superstitions

  • les crêpes

Des origines païennes diverses à la fête chrétienne

Chez les Celtes

En Irlande, les Celtes fêtent la fin de l’hiver et le début du printemps le 1er février , jour de l’Imbolc. Cette fête honore la déesse celte, Birgit et célèbre la purification de la nature et la fertilité à venir ; les paysans, portant des flambeaux, parcourent la campagne en priant la déesse de purifier la terre avant les semailles pour que les récoltes soient prospères.

Des fêtes romaines au mois de février

Les Romains débutent leur calendrier annuel à notre actuel 1er mars. Le mois de février, leur dernier mois de l’année, donne lieu à des fêtes en l’honneur de leurs morts, les Feralia.

D’autres fêtes , célèbrent la renaissance de la nature et sont des fêtes de purification en l’honneur du dieu Pan ou du dieu Faunus ; les Lupercales, sont célébrées en l’honneur de ce dernier et leur rite rappelle la légende de Romulus et Remus élevés par une louve (luper).

Pour fêter le dieu Pan, des jeunes hommes parcourent les rues pendant la nuit avec des torches enflammées.

Fête des chandelles

Une « festa candelorum »(fête des chandelles) a lieu à Rome.

chandelle;chandeleur;occitanie;

Pixabay

Elle est liée à la légende de Proserpine, fille de Cérès (ou Demeter dans la mythologie grecque) , déesse de l’agriculture et des moissons, que Pluton, dieu des enfers, a enlevée. Cérès, en représailles, cesse de fertiliser le sol et part, une torche à la main, à la recherche de sa fille ; par la médiation de Jupiter, Cérès obtient un compromis avec Pluton: Proserpine séjournera aux Enfers trois mois par an, pendant lesquels Céres cessera de fertiliser la Terre (explication romaine de l’hiver). Pour célébrer la fin de cette période les Romains organisent la « festa candelorum » au cours de laquelle ont lieu des processions de torches.

La fête de l’ours ou de la marmotte

L’ours est objet de culte de l’Antiquité au Moyen-Age dans les régions où il vit. Sa sortie d’hibernation, fin janvier ou début février, est le signal qui annonce la fin de l’hiver. Cette sortie s’accompagne de fête liée à sa légende déjà évoquée dans l’article « L’ours des Pyrénées ».

Cette sortie de l’hiver marquée par la fin de l’hibernation d’un animal, l’ours en l’occurrence, s’est transmise en Amérique où elle s’est transposée en fête de la marmotte (Groundhog day).

Ces deux dernières célébrations donnent l’origine étymologique de la Chandeleur : candelorum ( de candela =chandelle) qui donne Chandeleur ou

Chandelours, nom donné à cette fête de la lumière, liée au réveil de l’ours, en particuliers dans certaines régions de France au XVe et XVIe siècles.

Une fête chrétienne

La chrétienté afin de dissiper les fêtes païennes, les fait coïncider avec des célébrations chrétiennes.

La tradition juive veut que « tout mâle premier-né soit consacré à Dieu » ; Jésus est présenté par ses parents au Temple, quarante jours après sa naissance selon la loi. Il y est accueilli par le vieillard Syméon qui reconnait l’enfant comme le Messie attendu, « lumière pour éclairer les nations païennes et gloire d’Israël » (Luc 2-22,39).

Au IVe siècle, la date de la Nativité est fixée au 25 décembre et de ce fait, quarante jours plus tard, le 2 février commémore le jour de la Présentation de Jésus au Temple. Le pape Gelase Ier organise des processions aux flambeaux pour célébrer « Jésus, lumière du monde » donnant ainsi sa version catholique à la Chandeleur.

Des traditions et des superstitions

Des symboles devenus traditions

Le jour de la Chandeleur , des cierges sont bénis dans les églises, rappelant le symbole christique ci-dessus. Dernière fête du cycle de Noël, la crèche peut être rangée.

A partir de cette date les jours rallongent et pour fêter cette prolongation de la lumière diurne, on confectionne des crêpes ; ces galettes rondes et dorées rappellent le retour du soleil après les longues nuits hivernales ; les paysans préparent les semailles et on utilise la farine restant de la récolte précédente.

La symbolique de l’ours n’est pas loin ; ce jour est le début des manifestations carnavalesques dont il est l’animal emblématique.

Une théorie réunit plusieurs symboles autour de cette date : ainsi le 1er février on fête la Sainte Brigitte, rappel de la tradition celtique, le 2, la présentation de Jésus au Temple et le 3 la Saint Blaise ( blaise serait le nom antique de l’ours…).

Traditions mais aussi superstitions

Les cierges allumés et bénis à l’église le jour de la Chandeleur doivent être ramenés à la maison sans les éteindre pour protéger le foyer (« celui qui rapporte la lumière chez lui , ne mourra pas dans l’année »).Quelques gouttes de leur cire fondue déposées sur les œufs à couver en assure l’éclosion ! Allumés pendant un orage, ils protègent de la foudre.

Les crêpes ont aussi leur lot de superstitions ; la plus connue est celle qui consiste à faire sauter la première crêpe de la main gauche en tenant une pièce d’or dans la main droite ; déposée ensuite sur le dessus de l’armoire, elle y reste jusqu’à l’année suivante garantissant à la maisonnée qu’elle ne manquera pas d’argent pendant l’année… Faire sauter les crêpes sans les tomber assure du bonheur pour l’année.

L’ours n’est pas oublié dans l’histoire : il sort de sa tanière le jour de la Chandeleur mais s’il voit le soleil, il sait que ça ne durera pas et retourne hiberner six semaines de plus !

Proverbes et dictons

Ils sont nombreux et concernent surtout la météo et les récoltes :

«  A la Chandeleur, l’hiver meurt ou reprend vigueur ».

« Si la Chandeleur pleure, l’hiver ne demeure ».

« Si le ciel n’est ni clair, ni beau, nous aurons plus de vin que d’eau »

« Si point ne veut de blé charbonneux, mange des crêpes à la Chandeleur ».

Et chez nous :

« Dempuèi febièr, uèi candelier, deman Sant Blasi, nèu duscas la co de l’ase »

(Depuis hier février, aujourd’hui la Chandeleur, demain Saint Blaise…de la neige jusqu’à la queue de l’âne).

C’était avant le réchauffement climatique…..

Les crêpes

crepes;chandeleur;occitanie;

Occitanie-decouvertes

Une multitude de recettes

Les recettes sont nombreuses, les ingrédients multiples…

Farine de blé, farine de riz, mélange des deux…lait de vache ou végétal, bière…œufs battus avec le sucre, ajoutés à la farine…beurre, huile, les deux …fleur d’oranger, vanille, rhum…nature, au sucre, à la confiture, à la pâte de noisettes, au chocolat…

ingredients;oreillettes;

Occitanie-decouvertes

Recettes transmises au sein de la famille, recettes du livre de cuisine, recettes trouvées sur internet…

Des astuces

En mélangeant farine de blé et farine de maïs (Maïzena) les crêpes sont plus légères…Vous pouvez aussi remplacer la moitié de la quantité de lait par de la bière ou de l’eau gazeuse.

Utilisez le lait légèrement tiède, les grumeaux se dissoudront plus facilement.

Mélangez avec un fouet d’une part les ingrédients secs, d’autre part les ingrédients liquides, puis ajoutez ces derniers progressivement aux précédents.

Un peu de beurre fondu ou d’huile dans la pâte rend les crêpes plus onctueuses.

Pour être sûr que votre poêle est bien chaude, versez quelques gouttes d’eau, elles doivent rebondir en forme de petites billes sur la poêle.

Et maintenant à vos recettes et à vos poêles ! Bon appétit !

J’espère que cet article vous a plu.

S’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions. Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez-vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

JE M’INSCRIS

https://www.francebleu.fr/

https://fr.wikipedia.org/

https://www.momes.net/

http://www.cuisine-toulousaine.com/

Précédent

Notre langage du jour de l’an au carnaval

Suivant

Tripes, tripoux…

  1. Audrey

    Merci beaucoup pour ces lumières sur la chandeleur.

  2. VERRIE Jean-Pierre

    Bonjour,
    Comme souvent la superstition accompagne les croyances religieuses. Mais après tout, cela ne nuit pas et enrichit les traditions.
    Dommage que vous ne puissiez accompagner votre communication d’une crêpe en pièce jointe ! !
    Cordialement.

  3. Trilles Aimė

    Joli récit. J’ai appris certaines choses. Intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com