Pas à pas...découvrez les coutumes...entrez dans les spécificités de cette région...pour la découvrir et l'aimer.

Boby Lapointe, un personnage atypique

Boby Lapointe, un personnage atypique

Boby Lapointe est un amoureux des mots dont il fera son fond de commerce en composant des chansons d’un style très particulier : « La maman des poissons », « Ta Katie t’a quitté », « Aragon et Castille », « Avanie et framboise »… Roi du calembour, de la contrepèterie, des jeux de mots, ce natif de Pézenas (Hérault) a une vie courte.

Dans cet article, faisons un rapide tour de son parcours atypique:

  • une vie riche de sa diversité

  • un amoureux des mots

  • de nombreux amis

Une vie riche de sa diversité

Une enfance heureuse

Robert, Jean-François, Joseph, Pascal, Lapointe dit Boby, naît le 16 avril 1922 à 10h30 à Pézenas (Hérault).

Il a une enfance heureuse ; son père est collectionneur d’instruments de musique et Boby découvre la musique en les utilisant ; il prend des cours de violon et de solfège.

Dès le collège, il montre son amour des mots et son professeur de français lit ses devoirs à haute voix à la classe, tout en lui faisant déjà remarquer :

« Vous écrivez bien, quoique vos idées soient complètement loufoques ».

Un adolescent doué et turbulent

Doué pour les mathématiques, ingénieux , il rêve de devenir pilote. Il fabrique , sans succès, des machines volantes…Il passe son baccalauréat, prépare les grandes écoles (Centrale et Supaéro).

Il va même jusqu’à inventer un système d’embrayage automatique pour les automobiles qui fera plus tard la fortune des constructeurs…

Il n’est pas en reste pour partager les frasques de ses camarades comme peindre à la peinture phosphorescente le clocher de l’église de Pézenas le jour de Pâques ou tondre le chien pékinois dont Madame l’épouse du percepteur est si fière !!!

La guerre interrompt ce destin

Comme nombre de ses contemporains, la guerre vient détourner ses projets. Les Chantiers de Jeunesse instaurés par les Allemands en 1940 l’obligent à interrompre ses études. En 1943 , il est enrôlé de force au Service du Travail Obligatoire. Il s’en évade une première fois, repris il réitère et commence alors des années d’errance sous le nom provocateur de Robert Foulcan ! Recherché par les soldats allemands en 1944 , il se cache comme scaphandrier dans le port de La Ciotat.

Une vie sentimentale

En 1946, il épouse, à Marseille, Colette Maclaud , qui fera une carrière cinématographique sous le nom de Colette Brumaire; ils auront deux enfants Ticha en 1948 et Jacky en 1950.

Ils divorcent en 1956.

En 1960, il se remarie, à Saint Tropez, avec Simone Triadou dite Manouchka, auteure de chansons pour Juliette Gréco et Marcel Amont. Ils divorcent deux ans plus tard.

En 1964, il tombe fou amoureux de Bernadette Marques dite Bichon, qu’il épouse en 1966.

Boby Lapointe garde une réputation d’amoureux des femmes…

Des activités diverses et variés

Sportif, Boby fait de la natation (traversée de la baie de Saint Tropez à la nage), du tennis (ambidextre, il déploie un style qui n’appartient qu’à lui : passant sa raquette d’une main à l’autre, il n’exécute que des coups droits…).

Il poursuit sa passion pour l’écriture . Il compose des chansons sous forme de jeux de mots et de contrepèteries. Il rédige un traité sur les calembours et un recueil de poésie.

Après son mariage avec Colette Maclaud, le couple revient à Pézenas (Hérault) où Boby travaille avec son père dans le commerce de produits agricoles de ce dernier.

En 1952, le couple « monte » à Paris , ouvre un magasin de layette, prend des cours de chants et de théâtre et tente de placer les textes de Boby . La layette se vend mal, le commerce fait faillite, le couple se sépare.

Boby continue d’écrire tout en exerçant de multiples activités :installateur d’antennes de télévision, fort aux halles, barman, vendeur de machines à écrire, représentant pour le café Mexicana, figurant au cinéma.

Une vie d’artiste

Fantasque et hors norme, Boby Lapointe recherche des interprètes pour ses chansons mais son style , tout en jeux de mot, effraie.

C’est en 1954 qu’il s’introduit dans le milieu parisien , quand Bourvil , dans le film « Poisson d’avril » interprète sa chanson « Aragon et Castille ».

Il va alors faire ses débuts dans la chanson au cabaret parisien « Le Cheval d’Or », puis plus tard au « Trois baudets ».

Dans les années 60, il enregistre deux disques et connaît enfin le succès.

Il ouvre un cabaret « Le Cadran bleu » qui rapidement fait faillite, le laissant criblé de dettes qu’épongera son ami Georges Brassens.

De 1960 à 1972, il enchaîne les récitals, les galas, les spectacles de cabaret et les premières parties de représentation d’autres artistes (Aznavour, Brassens, Dassin,Halliday, Perret, Moustaki…).

Il tourne au cinéma dans « Max et les férailleurs » de Claude Sautet, dans «Mais qu’est-ce qui fait courir les crocodiles » de Jacques Poitrenault, dans un western-spaghetti «Chapagua » de Renato Savino, fait de la télévision, se produit à la Fête de l’Humanité…

Mais la période yé-yé arrive et le style « fanfare » qu’ utilise Boby ne fait plus trop recette.

Atteint d’un cancer du pancréas, il trouve la force de donner un spectacle à Bobino en première partie de son ami Pierre Perret en décembre 1971 et janvier 1972.

Affaibli par la maladie , il se retire à Pézenas où il décède le 29 juin 1972 à l’âge de 50 ans.

Il est inhumé au cimetière de la ville le 2 juillet.

boby lapointe;pezenas;mnument;occitanie;

wikipedia.org

Monument érigé en l’honneur de Boby Lapointe à Pézenas

Un amoureux des mots

De la poésie à la chanson

Écrire est une seconde nature pour Boby Lapointe. Il ne cessera jamais cette activité .

Il publie en 1951, à compte d’auteur et sous le pseudo B.Bumbo, son premier recueil de poèmes « Les douze chants d’un imbécile heureux ». Certains de ces textes deviendront des chansons.

Il écrit une pièce de théâtre, « Le barbu du square ou 20 ans d’aléas ».

Il rédige des nouvelles humoristiques pour les journaux.

Il compose des chansons qu’il propose à des chanteurs ; mais son style fait de calembours effraient les interprètes de l’époque comme les Frères Jacques par exemple.

Il les interprète alors lui-même dans des cabarets.

Sa rencontre avec Philippe Weil, directeur artistique de la maison de disque Fontana, chez qui Boby est venu installer une antenne de télévision, sera décisive.

Une danseuse de la maison Philips

Occitanie-decouvertes

Philippe Weil, devenu son directeur artistique déclare

« Je croyais en lui, donc je l’engageai. Chez Fontana, qui était un peu la danseuse de Philips, on pouvait se permettre de prendre des risques avec des artistes un peu plus hors normes ou hors mode, ce qui était le cas de Boby. »

Boby Lapointe, ce grand gaillard un peu bourru, à l’élocution aléatoire, au style de textes si particulier est surnommé le « Douanier Rousseau de la chanson ».On dit aussi de lui en souriant qu’il est le premier chanteur sous-titré ; en effet dans le film de Truffaut « Tirez sur le pianiste », il interprète un chanteur de bar mais vu le rythme des calembours et l’élocution de Boby, Truffaut décide de faire sous-titrer la séquence où il chante !

C’est le début des années à succès, des tournées et spectacles, des disques…

Plus de vingt disques ou albums édités, plus de 50 chansons…

Et d’autres écrits…

Féru de mathématiques, alors qu’il prépare les Grandes écoles, Boby Lapointe présente à Louis Leprince-Ringuet, un traité de mathématiques qu’il a rédigé. Le célèbre physicien est impressionné par la rigueur de son raisonnement et lui confie qu’il pourrait se lancer dans la recherche…

Ce n’est pas la voie choisie par Boby…

Toutefois en 1968, il reprend un mode de calcul qu’il a créé, basé sur un système bi-binaire (écriture alphanumérique en base 16), qui prend le nom de numération Bibi , reconnu par les mathématiciens. Ce système publié en 1970 dans « Les cerveaux non-humains, introduction à l’informatique »de Jean-Claude Quiniou, Jean-Marc Font, Gérard Verroust, Philippe et Claudine Marenco, est salué en 1971 par la communauté scientifique.

Il écrit également un manuel pratique et loufoque de bricoleur de chansons « Chanson-Bricole ».

Passionné par l’écologie et le devenir de notre planète, il rédige un long manuscrit de réflexion générale sur l’état du monde, la démographie, la pollution et les nouvelles énergies.

De nombreux amis

Il se fait de nombreux amis dans le milieu parisien des cabarets, de la chanson et du cinéma..

Décrit comme « un mec formidablement drôle »,un garçon « charmant et joyeux », ce barbu loufoque est plein de charme.

Bourvil, Charles Aznavour, Joe Dassin, Pierre Perret, Barbara, Anne Sylvestre et bien d’autres encore sont ses amis.

Georges Brassens, inséparable, avec lequel il partage de nombreux points communs déclare en 1976 :

« Ce satané Boby Lapointe, depuis qu’il a tourné le coin, à Pézenas comme à Paris, ses copains et admirateurs ont du mal à s’y habituer. En ce qui me concerne, les soirs où son amitié et sa bonhomie me manquent un peu, je fais comme si de rien n’était, j’écoute ses chansons pour qu’il continue à vivre le bougre et il continue. Mon vieux Boby, putain de moine et de piscénois, fais croire à qui tu veux que tu es mort ; avec nous les copains, ça ne prend pas. » 

Ce bref rappel vous aura peut-être donné envie de découvrir ou de re-découvrir Boby Lapointe. Ces œuvres ont été reprises en CD.

Occitanie-decouvertes

Si cet article vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions. Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

 

JE M’INSCRIS

 

http://bobylapointe.fr/

https://fr.wikipedia.org/

https://musique.rfi.fr/artiste/chanson/boby-lapointe

https://www.universalmusic.fr/artistes/

https://www.jesuismort.com/tombe/boby-lapointe#general

https://amomama.fr/

Précédent

Je vous emmène à La Canourgue

Suivant

L’actualité 2020 vue d’Occitanie

  1. J’ai eu beaucoup de plaisir à faire la connaissance, non de ses chansons que je connais depuis très longtemps (ma fille à l’école maternelle les a apprises et nous les avons souvent chantonnées à la maison), mais le personnage car au-delà de l’amuseur il y avait bien un homme très doué; et je vous en remercie bien sûr.

  2. VERRIE J-Pierre

    Bonjour,

    Bobby Lapointe était ,dans la chanson, un jongleur de mots comme l’était Raymond Devos dans le monologue. Et pas remplacés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com