Autour de notre langage d’actualité

Ce langage quotidien de nos villages est inépuisable…

Depuis plus d’un an déjà mes articles sur ce thème l’abordent…

Vous le découvrez ou il vous rappelle des souvenirs…

Dans cet article je vous en donne quelques exemples supplémentaires

– autour de la fin des vacances

– autour de la rentrée scolaire

– autour de l’automne

un peu de décodage

Autour de la fin des vacances

L’été s’achève et les nombreux lieux touristiques de notre région vont retrouver leur calme.

ete occitan;plage;occitanie;

Les touristes, on les aime bien quand ils arrivent mais on les apprécie aussi quand ils repartent.

Ils animent notre région même si parfois ils nous semblent un peu « baous »…

Ils ont parfois des comportements qui nous surprennent…

Ils se rassemblent souvent au même endroit comme un « troupeau d’aouques » en plein cagnard, à s’escaoumer sur la plage, ou sur des chemins de randonnées, parfois en tongs, à l’heure où les autochtones vont se faire un pénéquet.

plage;occitanie;langage;

flickr.com

Il faut dire que, les pauvres, ils n’ont pas l’habitude du soleil de chez nous !

Ils apprécient nos coutumes mais ils ne nous croient pas lorsqu’on leur explique que parfois il y a danger :

– notre mer Méditerranée, ce n’est pas un lac même si elle n’a pas de marée, elle peut être dangereuse, surtout par vent du Nord : tu nages, tu nages et quand tu veux revenir sur la plage…trop tard…les courants te tirent au large…

plage;occitanie;langage;

 

wikipedia.org

– notre arrière-pays, est ombragé mais en plein été il n’est pas forcément plus frais : il ne bénéficie pas des brises marines du littoral.

– nos vachettes, lâchées dans les rues lors des fêtes votives, ont beau avoir les cornes emboulées et être de taille plus modeste que des taureaux de combats, un coup de bane peut être fatal…

– nos montagnes offrent de belles randonnées mais sont en Occitanie aussi dangereuses qu’ailleurs.

 

 

pastis;ete occitan;occitanie;

wwikipedia.org

Pendant les vacances, le rosé et le jaune coulent à flots… ce n’est pas une raison pour se bander jusqu’à en avoir le bomi !

Quant aux brasucades de quelque sortes qu’elles soient (de moules, de saucisses, de viandes, de poissons,etc…) elles restent à pratiquer avec beaucoup de réserve car ce n’est pas pour contrarier les touristes qu’elles sont très réglementées pendant l’été mais par simple prudence !

brasucades;vacances; occitanie;

flickr.com

Cela étant nous apprécions cet afflux touristique sur le plan économique d’abord, mais également parce que souvent ils ramènent près de nous familles et amis.

touristes;coq;occitanie;

Sylvie Brot Google

Cependant depuis quelques années, apparaissent dans nos régions des touristes que nous ne comprenons plus : venus de villes surpeuplées, bruyantes et polluées, ces estrangers ne supportent plus nos cigales, nos cloches, nos coqs, nos vaches, nos mouches… notre campagne, notre région… mais alors pourquoi viennent-ils ?

Aux autres, la rentrée venue, nous disons « Adieu, à l’an que ven ! » et leur souhaitons bonne route dans les embouteillages qui les attendent en leur recommandant de ne pas rouler comme des calucs dès que la circulation sera fluide !

Autour de la rentrée

Avec la fin des vacances, c’est aussi la rentrée qui s’annonce…

Reprise du boulot pour les adultes, de l’école pour les jeunes…

Certains y vont avec le sourire : ceux qui languissent la fin des vacances…

D’autre en traînant leurs groules…

Fini pour les galampians, de traller dans les rues ou dans la campagne,..

Les rayons de fournitures scolaires se remplissent de gamins ; les uns ont le sourire, les autres font le mourre.

mourre; bouder; occitanie;

pixabay.fr

Il faut quitter les pantalons courts et se faire lindé pour la rentrée. Les mamans ne veulent pas que ce soit le dit, macaniche, que leur progéniture se présente à l’école mal fargué !

Il faut penser à tout…

Autrefois ( dans un temps que seuls connaissent les anciens jeunes) la rentrée à l‘école primaire se faisait avec une trousse, un cartable et un tablier neufs. Le reste était fourni par l’école. Nous apprenions la morale et les leçons de choses ! Nous cirions nos pupitres avec de la bougie et trempions notre plume Sergent Major dans un encrier en céramique rempli d’encre violette. Nous écrivions avec des pleins et des déliés, et utilisions un buvard pour ne pas faire de pâtés.

langage;epoque;occitanie;

pinterest.fr

Si je raconte ça aux enfants d’aujourd’hui, d’abord ils ne comprennent pas les trois quarts de ce que je dis ; ensuite ils me regardent comme un dinosaure et me demandent si, de mon temps, il y avait des voitures (c’est du vécu…).

Autour de l’automne

Bien que l’été tire à sa fin, le soleil donne et nous savons que nous allons avoir encore de belles journées avant que le froid arrive.

Bien sûr, il va faire moins chaud.

soleil;automne;occitanie;

Il y aura quelques journées amarinées sur le littoral.

Le vent d’autan va bufer, tramontane et mistral aussi. Ils apporteront des nibous et quelques ramades.

Certains jours il marcacétchera. Aux équinoxes , comme chaque année, il tombera des rabanelles ; à la météo, ils appellent ça des épisodes cévenols !

orages;occitanies;episodes cevenols;

Peu à peu la température baissera ; les feuilles tomberont et s’amoulouneront dans les coins de rue.

Quelques matins nous verrons apparaître la barbaste dans les champs et nous nous acheminerons ainsi vers l’hiver.

Un peu de décodage

troupeau d’aouques : un troupeau d’oies 

amarinées :le vent de la mer va souffler

amoulouner : mettre en tas

se bander : se saouler

bane : corne

baous:fous, extravagants

barbaste : gelée blanche

avoir le bomi :avoir envie de vomir, avoir la nausée

brasucades : cuissons sur la braise, grillades

bufer ; souffler

cagnard : grosse chaleur

calucs:imbéciles, fous

embouler :mettre des boules de protection au bout des cornes des vaches

s’escaoumer:se brûler

estrangers : étrangers

fargué:habillé

galampians:galopins

groules:chaussures, savates

jaune : pastis

languir : avoir hâte, être impatient

lindé :propre, net

marcacétcher :être près de pleuvoir

mourre:museau, moue, visage hostile

nibous:nuages

se faire un pénéquet:faire une sieste

quitter : enlever

il tombe des rabanelles: il tombe des cordes, il pleut fort

ramades:averses, ondées

traller : trainer

vent d’autan : vent marin quand il se renforce dans les terres

ne veulent pas que ce soit le dit:ils nient l’évidence

 Adieu, à l’an que ven ! : au revoir, à l’an prochain

Sources : « Le chant de la cigale, mot et expressions ensoleillées du Midi »de Gilbert Lhubac aux éditions Le Papillon Rouge

J’espère que cet article vous a plu.

S’il vous a intéressé, donnez vos commentaires, vos suggestions. Partagez et faites connaître ce blog autour de vous.

Inscrivez-vous : vous serez automatiquement informé(e) de toutes parutions sur ce blog et serez abonné à mes billets hebdomadaires.

JE M’INSCRIS